Festival occitan : contes, conférence gesticulée, bal trad’ et concert rock

Par Annabel Walker jeu 24/03/2022 - 12:00 , Mise à jour le 25/03/2022 à 04:00

Lo Festenal, 4e édition, promet de faire vivre une langue qui se veut moderne et actuelle. Le festival de culture occitane du Puy rythme le centre-ville du Puy et Chadrac jusqu’à samedi.

Le premier temps fort du festival occitan du Puy-en-Velay a affiché complet ce mercredi, à la bibliothèque. Mais d’autres contes et légendes en musique et en Occitan seront proposés aux familles ce vendredi 25 mars 2022 avec La PANPA (PAtrimoine Naturel et Paysager) du Haut-Allier et Yasmine Idjedd. Lo Festenal vous attend, sans réservation, de 18h à 19h, au P’tit Café, place du marché couvert (prix libre). À la suite du spectacle, Le P’tit Café proposera un repas (un panini a priori) qui peut être réservé auprès de l'association Jeunes Pousses (07-78-68-53-37 ou cafejeunespousses@gmail.com).

Ensuite, ce samedi 26 mars, le festival déménage à la Maison pour tous (MPT) de Chadrac. Les réservations sont ouvertes sur Hello Asso Lo Festenal pour une conférence gesticulée, en Français, de l’ethnologue Anaïs Vaillant sur la notion de culture de 15h à 18h.
Marie Baret, l’une des bénévoles, nous en dit plus sur ce rendez-vous qui s’adresse, cette-fois, aux adultes et adolescents (à partir de 11 ans).

La Culture à toutes les sauces, qu'es aquò ?

Une ethnologue gesticule pour tenter d'élucider la notion de culture, au sens anthropologique, à travers son héritage familial, son parcours de thésarde, ses terrains d'enquête, ses contrats professionnels... L'ethnologue, dont l'analyse de la culture est sensée être sa spécialité scientifique, partage son sentiment ambivalent vis-à-vis d'une notion bien trop floue et d'une discipline qu'elle considère à la fois comme un produit de nombreuses dominations et comme un outil efficace contre ces dernières. Elle questionne enfin les regards contemporains portés sur les cultures populaires et traditionnelles (prix : 5€).

Puis, à partir de 21h, deux groupes monteront sur scène.
Tout d'abord, un bal trad' avec théâtre d’ombres par des artistes locaux, Le Bal sous les étoiles. 

Ce sera l'occasion de découvrir les racontars absurdes de « Jean de Nivel » qui nous vient de Saugues ou une bourrée de Retournac qui parle de la mer. Ce bal traditionnel est créé à partir du répertoire de chants de la Haute-Loire ou d’ailleurs et de son métissage avec des musiques rencontrées au gré des pérégrinations de Fenja Abraham (chant, accordéon chromatique), Évelyne Lohr (chant, flûte traversière, scénographie et ombres) et Véronique Rideau (guitare, oud, basse, accordéon diatonique, chant, percussions) avec Carol Pachabezian à la technique son.

Le Bal sous les étoiles : Fenja Abraham, Évelyne Lohr, Véronique Rideau, Carol Pachabezian
Le Bal sous les étoiles : Fenja Abraham, Évelyne Lohr, Véronique Rideau, Carol Pachabezian Photo par DR

Et du rock, du folk, du punk sur un message écolo en Occitan provençal avec le groupe « De La Crau ».

Issu du groupe Dupain, le nouveau trio provençal a choisi de porter le nom de la plaine aride mais foisonnante de biodiversité unique qui sépare l’étang de Berre de la Camargue. Figure du renouveau de la scène occitane depuis plus de vingt ans, le Marseillais Sam Karpienia est accompagné de Thomas Lippens et Emmanuel Reymond sur des notes rock, folk et punk mâtinées de poésie moderne. Les musiciens viennent de sortir un EP digital intitulé "Temperi" le 19 février. En occitan provençal, ils y évoquent notamment la perte du rapport à la nature face à l'industrialisation du vivant. 

 

Prix : 12€ et 10€ réduit (demandeurs d’emploi, RSA, adhérents Calandreta et MPT Chadrac)

> Réservations ici

Mais et si l’on ne parle pas du tout Occitan ? Ne risque-t-on pas de se sentir perdu ? Aussi bien pour la soirée musicale que pour les contes pour enfants ?

L'aire de répartition de l'Occitan, ou langue d'Oc, couvre la moitié Sud de la France.
L'aire de répartition de l'Occitan, ou langue d'Oc, couvre la moitié Sud de la France. Photo par Wikipedia

Enfin, quel est l’intérêt de faire vivre l’Occitan ? N’est-ce pas une langue morte ?
« Pas du tout », répond Marie Baret : 

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire