Tous

Brioude

Etre au service des autres tout en se construisant

mer 25/11/2015 - 10:35 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:37

Depuis 2010, 85 000 jeunes volontaires en service civique ont rendu visite à des personnes âgées, participé à l’organisation d’événements culturels, lutté contre les addictions, sensibilisé autrui aux gestes éco-citoyens, aidé des personnes handicapées à faire du sport, informé sur les risques au volant… En résumé - la liste n’étant pas exhaustive - ils ont rempli bien des missions d’intérêt général et se sont portés au service des autres en s’engageant aux côtés d’associations, de collectivités ou d’établissements publics.
En Haute-Loire, quelque 370 missions de service civique sont actuellement en cours, et le Brivadois compte son lot de jeunes volontaires, qu’ils soient étudiants, demandeurs d’emploi ou inactifs. Quelques-uns d’entre eux étaient réunis à la sous-préfecture de Brioude, vendredi 13 novembre, pour partager leur expérience et échanger sur leur engagement. Lequel revêt bien des formes, selon qu’il s’effectue à la caserne des pompiers de Brioude, à la Maison du saumon et de la rivière ou à Brin de Ficelle, à Fontannes.

Etre volontaire
Le service civique est un engagement volontaire au service de l’intérêt général, ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans condition de diplôme. Les missions s’étendent sur une durée de 6 à 12 mois, pour un temps d’intervention hebdomadaire de 24 à 35 heures.
Elles sont indemnisées 573 € nets par mois. Cette somme peut être majorée de 106 € nets sur critères sociaux. L’indemnité est assortie d’une couverture sociale complète. La liste des missions à pourvoir est disponible sur www.service-civique.gouv.fr.

 

Le principe du donnant-donnant
Amélie Gauthier, par exemple, est chargée de mettre en place des actions permettant de limiter le gaspillage alimentaire à la cantine scolaire de Vieille-Brioude. « Je vais commencer par observer le fonctionnement et faire une analyse du budget », a-t-elle expliqué. « Ensuite je verrai ce qu’on peut proposer, prendrai contact avec des producteurs locaux pour privilégier les circuits courts, et travaillerai avec la cantinière pour que les quantités et les conditionnements lui conviennent. J’interviendrai aussi auprès des enfants pour les sensibiliser à l’environnement et au tri des déchets, en faisant venir des personnes du SICTOM ». 
Une mission qui va comme un gant à Amélie. Titulaire d’un BTS métiers de l’eau et d’une licence professionnelle traitement de l’eau et des déchets, elle va faire bénéficier la collectivité de ses compétences. Et parce que le service civique est basé sur le principe du donnant-donnant, elle devrait aussi retirer des bienfaits de son engagement. Pas franchement sur le plan matériel, l’indemnité d’un volontaire s’élevant à la modeste somme de 573 €, mais bien sur le plan personnel.
----Accueillir un jeune
Les organismes à but non lucratif (associations, fédérations, fondations, SCIC, établissements de santé…), les collectivités territoriales et les établissements publics peuvent accueillir un jeune en service civique. L’indemnité de 573 € nets par mois versée au volontaire est prise en charge par l’Etat à hauteur de 467 €. L’organisme d’accueil s’acquitte quant à lui des 106 € restant. La mission doit concourir au bien public et ne peut se substituer à un emploi identifié. Elle doit être complémentaire à l’action des bénévoles, salariés et stagiaires. -----« Un tremplin pour l’après »
En effet, le service civique a pour vocation d’aider les jeunes volontaires à se construire, à ajouter des cordes à leur arc, à s’ouvrir aux autres, à apprendre le vivre-ensemble, à être acteurs de leur citoyenneté, à acquérir une première expérience… « C’est un entre-deux, un tremplin pour l’après », a souligné Anne-Marie Rigaud, directrice du centre d’animation de la vie sociale Déclic, qui accueille régulièrement des jeunes en service civique.
« L’accompagnement est très important. Le tuteur aide le jeune à se structurer, à bâtir des choses, à identifier ce qui se dessine sur son profil. Il lui donne les éléments qui lui permettront d’être un peu plus fort et travaille avec lui sur son orientation. Il faut qu’au terme de sa mission, le jeune sache où il va ». Ainsi, pour les volontaires, le service civique est une transition, un accompagnement vers l’avenir. 
I.A.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire