Été 2014 : les touristes ont délaissé la Haute-Loire

mer 29/07/2015 - 19:48 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:36

Une étude de l'INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) sur la fréquentation des hôtels et campings Auvergnats pour la saison été 2014 a été récemment publiée. Une saison au temps défavorable qui a fait défaut à l'hébergement touristique dans la région. Ce dernier a connu une diminution remarquable par rapport aux étés précédents. La Haute-Loire, mauvais élève, est le département qui a le plus souffert de la désertion touristique.

Les hôtels se vident
L'étude portée sur la région Auvergne montre qu'entre mai et septembre 2014, les hôtels auvergnats ont accueilli près de 1,18 million de touristes. C'est 5,3 % de moins que l'été 2013. Une baisse plus importante que la moyenne nationale qui est de moins 2 %. On note tout de même une diminution de la fréquentation des hôtels dans le pays à cette période.
En Haute-Loire, ce rejet de l'hôtel est encore plus visible. Avec environ 192 000 touristes l'été dernier, le département est le moins fréquenté de la région. Il est aussi celui qui a connu la baisse de fréquentation des hôtels la plus importante entre 2013 et 2014, soit une diminution de près de 9 % sur la période.
Les hôteliers Auvergnats, au terme de l'été 2014, n'ont ainsi loué que 54 % de leurs chambres disponibles. Cela fait depuis 2011 que cette évolution négative se fait ressentir dans la région.

Les campings altiligériens abandonnés
C'est au niveau des campings que la Haute-Loire a le plus souffert lors de la saison estivale 2014. Alors que tous les autres départements auvergnats ont connu une hausse de la fréquentation des campings entre 2013 et 2014, les villages de toile altiligériens ont été confrontés à un déclin de leur fréquentation (-5%). Avec 218 000 campeurs entre mai et septembre 2014, la Haute-Loire est aussi le territoire le moins fréquenté par ce type de touristes.
Des données délicates pour la Haute-Loire d'autant plus que la région connaît, elle, une moyenne positive voire supérieure à celle de la métropole : les touristes séjournent un peu plus longtemps en Auvergne (+ 0,2 jour) par rapport à 2013, c’est l’inverse en métropole (– 0,1 jour). Depuis quelques années, on constate tout de même qu'en moyenne, les hôtels ont été délaissés au profit des campings. Conséquence de la crise ? Ce qui est certain, c'est que les prix affichés dans les campings sont toujours plus faibles que ceux des hôtels compte tenu des conditions d’hébergement.

Les mobil-homes préférés aux tentes
Comme au cours de la saison estivale précédente, les touristes de passage dans la région délaissent les emplacements nus destinés aux caravanes ou aux toiles de tente. En 2014, leur fréquentation a diminué de 3,7 % par rapport à l'été précédent. Les touristes privilégient donc les emplacements équipés comme les mobil-homes, les chalets ou autres habitations de loisir (+ 10,8 %). Ces types d'hébergement permettent une occupation plus régulière sur la saison. Entre mai et septembre, le taux d'occupation des emplacements locatifs atteint près de 43 %, soit deux fois celui des emplacements traditionnels. Il place l'Auvergne au 17ème rang des régions métropolitaines. Dans les campings auvergnats, 37 % des nuitées s'effectuent sur des emplacements locatifs, soit 10 points de moins qu'au plan national.

La clientèle étrangère continue de baisser
C'est la deuxième année consécutive que les clients étrangers continuent de diminuer en Auvergne. Cette diminution est visible tant pour la fréquentation des hôtels (-1,7 % de nuitées) que pour celle des campings (-3,5 % de nuitées). A noter qu'au niveau national aussi, la désertion des touristes est visible avec un recul de 1,8%. Parmi la clientèle totale observée dans les hôtels auvergnats en 2014, 12,7 % était étrangère contre près de 40 % au niveau national.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire