Etat d'urgence : le rôle des maires dans la prévention

sam 21/11/2015 - 17:35 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:37

Pour la deuxième fois cette semaine, les maires de Haute-Loire se sont réunis à l’Hôtel du Département. Lundi, c'était pour un hommage, ce vendredi 20 novembre, il s’agissait de faire un point sur l’état de menaces, les conséquences de l’état d’urgence et les mesures de sécurité à prendre. « Le terrorisme qui atteint notre pays oblige à une mobilisation de tous et en particulier des maires », a déclaré Eric Maire, préfet de Haute-Loire.

----

Rappel des précautions
"Le processus de radicalisation n’est pas toujours visible, mais il se traduit souvent par une rupture rapide et un changement d’habitudes. C’est un processus complexe.
En cas de doute, les familles, les proches ou les amis des personnes ne doivent pas hésiter à appeler le numéro vert mis en place par le ministère de l’intérieur."

-----Être unis dans l'état d'urgence 

Depuis le 18 décembre 2014, le pays est en état de vigilance renforcée. Rien n'a été changé de côté-là, en revanche, l'état d'urgence modifie certaines responsabilités. Le rôle des maires est essentiel dans le cadre de cet état d'urgence de par leur connaissance du territoire, mais aussi des populations. Le préfet a souligné cette importance : « Votre participation est essentielle dans les actions que nous allons engager que ce soit pour l’interdiction éventuelle de circulation des personnes et des véhicules dans des lieux donnés ou pour la protection de bâtiments ou encore sur l’organisation de manifestations diverses ou de rassemblements. » 

Evaluer les risques
Concrètement, aucun rassemblement n'est interdit. Les maires doivent cependant s’assurer de la sécurité de chaque manifestation culturelle, sportive ou festive. Dans cette démarche, ils peuvent se rapprocher des services d’Etat et des forces de l’ordre.

Comme en situation normale, les maires possèdent du pouvoir de police administrative pour prendre des mesures préventives des troubles à l’ordre public. Dans le cadre du plan vigipirate, les élus doivent également protéger rassemblements, bâtiments et installations. Ils sont appuyés par les agents des polices municipales dans ces différents rôles.
Pour l’heure, aucune restriction de circulation des véhicules et des personnes ne semble justifiée en Haute-Loire. Il en est de même pour les couvre-feu. La sécurité est aussi l’affaire de chacun, le préfet a donc appelé à la vigilance collective et individuelle.
Il a conclu sobrement : « Face à la menace, nous restons debout et nous continuons à vivre librement puisque cette liberté nous est contestée. »

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire