Enseignement catholique : vers de nouveaux rapprochements d’établissements en Haute-Loire ?

lun 22/01/2018 - 10:54 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:50

----L’UDOGEC gère 91 établissements en Haute-Loire, se répartissant en 63 organismes de gestion. 15500 élèves sont concernés, soit 42% des élèves scolarisés dans le département.
Outre son rôle de gestionnaire, l’UDOGEC a aussi une mission de soutien, d’information juridique et de relais avec la fédération nationale.
-----L’union départementale des organismes de gestion de l’enseignement catholique (UDOGEC), dans le cadre de ses missions de soutien auprès des établissements scolaires, a profité de l’occasion de son assemblée générale annuelle pour rourvir avec eux le dossier d’éventuels futurs rapprochements pour palier notamment la suppression des contrats aidés.
La députée Isabelle Valentin est bien venue assurer son soutien de parlementaire aux établissements catholiques, ce samedi 20 janvier 2018, à la Maison de la Providence du Puy-en-Velay, dans le cadre de l’assemblée générale de l’UDOGEC, cela ne donne toutefois pas de solution miracle aux établissements adhérents. Ceux-ci rencontrent plus que jamais des difficultés économiques et/ou d’ordre organisationnel après la fin des contrats aidés.

«Il n’a pas été décidé grand-chose au niveau national»
« Parfois c’est très compliqué, dans certains endroits on parvient tout de même à s’en passer et dans d’autres on peut aussi trouver des embauches, a expliqué le président de l’UDOGEC Marc Petit, on attend de voir s’il y aura de nouvelles mesures, on se serre la ceinture, c’est une période très difficile.»
L’intervention d’Aurélia de Saint-Exupéry (fédération nationale des OGEC), invitée pour l’occasion, a tout de même apporté quelques éléments de réponse et pistes de travail pour faire face à cette situation.
« Elle est venue nous parler du nouveau modèle économique des établissements, confie Marc Petit, il s’agit-là de trouver des parades. Aurélia de Saint-Exupéry nous a expliqué ce qui avait été décidé au niveau national.»
Concernant ce dernier point, « il n’a pas été décidé grand-chose à part de repenser le modèle économique », avoue Marc Petit.

«Plus facile de rapprocher deux établissements quand c’est au Puy»
Alors quelles pistes ? « Il y aura des mutualisations, des rapprochements d’établissements, rend-on compte du côté de l’OGEC, en Haute-Loire, on n’en est qu’aux hypothèses, sachant qu’il est toujours plus facile de rapprocher deux établissements quand c’est au Puy, par exemple, mais quand c’est en zone rurale et qu’il y a une quinzaine de kilomètres entre les deux écoles, ce n’est pas la même chose.»
Marc Petit a aussi expliqué que plusieurs réunions et formations vont être assurées par l’UDOGEC pour redéfinir le rôle de chacun : « l’UDOGEC gère la comptabilité et les fiches de paye, l’association de parents d’élèves prend en charge tout ce qui est animation, tout ce qui est en lien avec l’enfant et les chefs d’établissements gèrent le quotidien et l’enseignement, en lien avec l’Education nationale.»

J.J.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire