Encore plus d'enfants de moins de 3 ans à l'école ?

jeu 18/01/2018 - 17:51 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:50

L'Inspecteur d'Académie, Jean-Williams Semeraro, s’est rendu à l'école maternelle de Bas-en-Basset ce mardi 16 janvier 2018. Objectif : faire le bilan après l'allocation, à titre provisoire, à la rentrée dernière, d'un demi poste. Un poste consacré à l'amélioration de la qualité des apprentissages en maternelle. Il a ainsi fait un tour d’horizon des résultats de cette ouverture avec les équipes pédagogiques et les élus.

66% du réseau scolaire en Haute-Loire est composé de trois classes, voire moins
Dans un département rural et montagneux tel que la Haute-Loire, nombre de petites écoles ont vu le jour. Pour Jean-Williams Semeraro, il est très important de venir dans une école spécialement dédiée aux maternelles. Le but attendu était qu’il y ait école tous les jours pour les enfants de PS1 (1ère année), tout en sachant que l’intégration doit se faire de façon progressive et continue.

Rupture de contrat il y a un an et demi
Il y a un an et demi, ce contrat n’étant pas respecté, l’Inspecteur d’Académie a retiré ce poste. Depuis, des échanges ont eu lieu avec les élus et les enseignants. L’inspection d’académie a donc décidé de passer un nouveau contrat à titre provisoire. Une nouvelle école a pu se remettre en place au niveau du protocole d’accueil.

Une maternelle florissante à Bas-en-Basset from Zoomdici Haute-Loire on Vimeo.

Un très fort taux de scolarisation dans le département
La Haute-Loire est le premier département de France au niveau de la scolarisation. Aujourd’hui, la scolarisation des enfants de moins de 3 ans dans le public se situe à hauteur de 35%. Avec le privé, le chiffre atteint 55%. Mais pour Jean-Williams Semeraro, cela ne doit pas s’arrêter là : « Le protocole c’est une chose mais aujourd’hui il faut aller plus loin dans le département, en s’appuyant sur le rapport de Marie Hélène Leloup, inspectrice générale qui propose la création de pôles d’accueil d’enfants de 2 à 4 ans. »

Une école maternelle au centre d’une nouvelle dynamique
Et de poursuivre : « L’école maternelle doit être respectueuse de l’enfant par des moyens qui sont mis à disposition pour l’évolution des élèves mais également autour d’un point essentiel qui influence la construction du futur, l’enfant de maternelle doit se sentir unique parmi les autres. Mais pour cela, il faut pouvoir maîtriser les effectifs de ces classes. L’idéal est de pouvoir offrir des conditions adaptées, que les enseignants puissent avoir les moyens sur le plan pédagogique de continuer à développer leur expertise. »

Un nouveau projet de convention
Suite à l’échéance de la convention dite « ruralité » à la rentrée des classes, un nouveau projet de convention est souhaité avec l’école maternelle au centre de cette nouvelle dynamique.
Le vivier, les enseignants, les capacités de formation... tous les ingrédients sont présents pour construire un exemple de ce que peut-être une maternelle sur l’ensemble du territoire métropolitain. « L’école maternelle est véritablement dédiée à des enfants d’âges maternelle, on y suit des apprentissages progressifs, continus en fonction de leur maturité et de leurs âges. Et c’est ce résultat qui est très important » pour l’Inspecteur de l’Académie.

C.L.

Cantine : 300 000 € de la Région pour Bas-en-Basset
Afin de permettre a? l'ensemble des enfants scolarisés de manger dans de meilleures conditions, la Re?gion Auvergne-Rho?ne-Alpes apporte une aide financière de 300 000 euros a? la commune de Bas-en-Basset dans son projet dédié a? la construction d’une nouvelle cantine municipale pouvant accueillir, dans de meilleures conditions, l’ensemble des élèves scolarisés à Bas-en-Basset et dans les petites communes alentours, y compris ceux scolarisés en école privée. Cette cantine, installée dans le quartier du Marais, sera opérationnelle et en service dès la rentrée de septembre 2018.
Les élus ont décidé de nommer cette cantine municipale "Maurice Faure-Ronze", nom d’un généreux donateur stéphanois d'origine bassoise qui a versé 120 000 euros en faveur de ce projet.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire