Tous

Tence

En Haute-Loire, les femmes s'apprêtent à faire mouche

mer 19/02/2014 - 12:26 , Mise à jour le 26/11/2020 à 17:49

Plus que quelques jours et tous les intrépides coureurs de veines tumultueuses et humbles adeptes d’un Carpe Diem de circonstance répondront à l’appel des petits matins printaniers. Le samedi 8 mars, c’est l’ouverture officielle de la pêche à la truite en Haute-Loire. Et, surtout, le département accueille le 26 avril prochain la 1ère manche du championnat féminin de pêche à la mouche.

"Nous déplorons de ne pas avoir de dames dans nos rangs"
Pour beaucoup, la pêche à la mouche est un art, parfois même une philosophie. C’est à n’en pas douter également un état d’esprit. Aux 16 et 17ème siècles, cette activité était l’apanage de la noblesse et de la haute-bourgeoisie. Aujourd’hui, cette pratique s’est largement démocratisée et la technique élitiste d’antan est devenue accessible à tous. A tous ? Mais qu’en est-il des dames ? Curieux de creuser la question, nous avons rencontré Jean Gilles Rix, actuel président du comité régional auvergnat de pêche à la mouche et président du GPS (Groupe de pêche sportive) Pays du Velay. « Et bien, il faut reconnaitre qu’à l’heure actuelle nous déplorons de ne toujours pas avoir de dames dans nos rangs ! Pourtant, dans bien d’autres départements la Savoie, le Var ou l’Isère, par exemple, les sections féminines fleurissent, à l’instar de pays tels que l’Angleterre où la mixité est naturelle », nous a confié le président du GPS.

Un championnat féminin de pêche à Tence, en avril
La carte pêche en formule « découverte femme » est, pour le moment, au prix de 30 euros pour encourager la gente féminine à attraper une canne. En outre, cette année, la Haute-Loire accueille la 1ère manche du championnat féminin de pêche à la mouche. L’événement aura lieu à Tence le 26 avril prochain. « Je connais bien Christine Carbone qui est l’actuelle responsable de la section nationale des féminines, à la FFPML. Cette dernière a mis en place des stages d'initiation à la pêche à la mouche : ceci ont lieu dans les départements qui désirent organiser une formation sur un plan d’eau ou une rivière, je pense que nous pourrions l’envisager en Haute-Loire », précise Jean Gilles Rix. « Je souhaite de tout cœur que la pêche devienne une affaire de femmes ; qu’elles osent faire le pas. » L’homme avoue également, après avoir rencontré les trois première féminines nationales à la finale de montage de mouche à Clermont-Ferrand, en janvier dernier, que celles-ci ont « une dextérité naturelle pour le montage » : « Je peux affirmer que les hommes n’ont qu’à bien se tenir ! »

Il n’y a absolument rien de typiquement masculin dans l’activité de la pêche, pas même le nom. La pêche est un loisir de plein air pouvant être pratiqué par tout le monde. C’est une activité d'amoureux de la nature où les femmes ont, sans aucun doute, véritablement leur place, que ce soit dans un esprit sportif ou beaucoup plus dilettante.

MJ.G.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire