En Haute-Loire, on inverse la courbe des cambriolages !

mar 09/02/2016 - 11:12 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:39

Les chiffres de la délinquance ont été dévoilés en fin de semaine dernière en préfecture du Puy-en-Velay. S'il est difficile de se satisfaire de ces chiffres, car une agression ou un vol est toujours un délit de trop, les données sont plutôt encourageantes.
Le ministre de l'intérieur a en effet indiqué fin janvier qu'il ne livrerait pas un chiffre unique, disant si la délinquance a augmenté ou diminué. Dans un souci de rigueur et de justesse, les faits de délinquance sont en effet étudiés catégorie par catégorie.

La Haute-Loire se positionne respectivement en 3ème, 4ème et 8ème position parmi les 96 départements français
On en distingue trois : les atteintes volontaires à l'intégrité des personnes, les atteintes aux biens et enfin les escroqueries et infractions économiques et financières. La Haute-Loire se positionne respectivement en 3ème, 4ème et 8ème position parmi les 96 départements français. Notons que la Haute-Loire est le 8ème département le moins peuplé de France, mais que ce classement ne se base pas sur le nombre de délits, mais bien le rapport entre les délits et le nombre d'habitants.
Ainsi, pour les atteintes volontaires à l'intégrité des personnes, la Haute-Loire enregistre un taux de 4,2 faits pour 1 000 habitants, alors que la moyenne nationale est de 8,46 faits pour 1 000 habitants. Pour les atteintes aux biens, on compte 15,34 faits pour 1 000 habitants en Haute-Loire, contre un taux national de 34,27 faits pour 1 000 habitants. Enfin concernant les escroqueries et infractions économiques et financières, le département recense un taux de 3,68 faits pour 1 000 habitant alors que le taux hexagonal est de 5,91 faits pour 1 000 habitants. "Le seul moyen de lutter contre cette délinquance, c'est de redoubler de vigilance et informer au maximum la population", a ajouté le Procureur de la République Jacques Louvier.

----Des hausses de délinquances... pas forcément négatives
Il faut toujours se méfier des chiffres car l'augmentation de faits recensés ne correspond pas forcément à une hausse de l'insécurité, mais parfois à une augmentation des dénonciations et des plaintes. "Il y a le chiffre obscur en criminologie", explique le Procureur de la République Jacques Louvier, "qui sépare la criminalité apparente de la criminalité réelle".-----Deux fois plus d'homicides en 2015... des chiffres à relativiser
Pourtant, malgré le troisième meilleur taux de France, les atteintes aux personnes sont en augmentation en Haute-Loire en 2015, de presque 10 % (955 faits contre 870 en 2014). Dans ce domaine, ce sont les violences sexuelles qui augmentent le plus (+37,33 %). Il faut cependant tenir compte du chiffre obscur (voir encadré).
La Haute-Loire a enregistré deux fois plus d'homicides en 2015... il n'y en avait eu qu'un en 2014. Tous ces chiffres montrent aussi qu'ils méritent d'être pris avec des pincettes : les faits étant peu nombreux, on peut facilement obtenir d'importantes variations d'une année à l'autre.

Pour la première fois depuis cinq ans, le nombre de cambriolages a baissé en Haute-Loire
Les atteintes aux biens, qui constituent la majorité des infractions en Haute-Loire, ont baissé de 11,42 % de 2014 à 2015. Cette fois, la donnée est plus significative car elle porte sur près de 4 000 faits. Il s'agit de la première baisse depuis 2012 dans le département. Dans le détail, on constate une baisse des véhicules à moteur de 17,78 % et des destructions et dégradations (-20,79 %). Cependant, les vols à main armée sont en augmentation (7 en 2015 contre 4 en 2014). Enfin pour la première fois depuis cinq ans, les cambriolages sont en recul (-16,18%, avec 834 faits en 2015). Pour le Colonel Jérôme Patoux, c'est forcément une petite victoire car les cambriolages représentent les trois quarts de la délinquance en zone gendarmerie.
Colonel Jérôme Patoux, à chacun sa bataille : François Hollande tente d'inverser la courbe du chômage depuis des années, vous, votre mission, c'était d'inverser la courbe des cambriolages, et pour la première fois depuis cinq ans, le nombre de cambriolages a baissé en Haute-Loire entre 2014 et 2015. Alors pouvez-vous nous dire quelle est votre recette ?


Les stupéfiants, une priorité pour la zone police
En zone police, les atteintes aux biens diminuent de façon encore plus significative (-16,91 % contre -9,22 % en zone gendarmerie). L'accent a été mis tout particulièrement sur la lutte contre les produits stupéfiants en 2015, avec 165 affaires, soit une augmentation de 21 % des interpellations liées aux stupéfiants.
Capitaine Pascal Mazières, en zone police, l'accent a été mis tout particulièrement dans la lutte contre les produits stupéfiants en 2015. De la consommation au trafic, c'est une délinquance qui est souvent corollaire d'autres actes délictueux n'est-ce pas ? Ça restera l'une des priorités en 2016 ?


Doit-on s'inquiéter de la radicalisation en Haute-Loire ?
Eric Maire est le préfet de Haute-Loire.
Cette année 2015 a été marquée par l'état d'urgence et les menaces terroristes, ce qui n'a pas empêché les forces de l'ordre de lutter contre toute forme de délinquance. La radicalisation a été l'un des enjeux majeurs cette année. Combien de signalement a-t-on eu en Haute-Loire ? Doit-on s'en inquiéter ? La Haute-Loire, bien que moins concernée par les menaces d'attentats, n'est pas pour autant préservée du phénomène de radicalisation ?


Maxime Pitavy

>> Le volet sécurité routière a également été abordé lors de cette conférence de presse en préfecture. Un autre article y sera prochainement dédié sur Zoomdici.fr 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire