Emouvante commémoration de l'Armistice du 11 novembre 1918

sam 12/11/2022 - 12:00 , Mise à jour le 12/11/2022 à 12:00

Ce vendredi 11 novembre s’est tenue, au Puy-en-Velay, une émouvante commémoration de l’Armistice de 1918 mettant fin à la « Der des der ».     
Anciens combattants, représentants de l’Etat, responsables politiques, jeunes et citoyens s’étaient donné rendez-vous devant les tombes et le monument aux morts de la ville pour faire vivre notre devoir de mémoire.

Commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918 au Puy-en-Velay Photo par DR

Un armistice pour mettre fin à la « Der des der »

Lundi 11 novembre 1918, 11 heures : dans toute la France, les cloches des églises sonnent à la volée. Ce jour-là, les représentants Alliés (France, Royaume-Uni, Russie et Etats-Unis) et ceux de l’armée allemande signent, dans un wagon-restaurant situé en forêt de Compiègne, un traité mettant provisoirement fin aux combats de la Première Guerre Mondiale.     
Cet armistice, qui met fin à quatre ans d’une épouvantable guerre des tranchées, laisse derrière lui près de 10 millions de morts et plus de 6 millions de mutilés, les fameuses « gueules cassées ». Les survivants de cette boucherie veulent alors croire que ce conflit qui s’achève restera le dernier de l’Histoire, la « Der de der »…

Les 100 ans d'une journée d’hommage à tous les morts pour la France

Cette année, cette commémoration revêt une symbolique particulière puisqu’elle marque les 100 ans de la loi du 24 octobre 1922 qui fait, de cette journée du 11 novembre, un « jour du souvenir » férié sur l’ensemble du territoire national. Une cérémonie est dès lors organisée dans chaque commune de France pour rendre hommage, devant le monument aux morts du village, aux combattants des tranchées et aux hommes décédés sur le front.    
Commémorant l’armistice du 11 novembre 1918 qui a mis fin aux combats de la Première Guerre Mondiale, ce « jour du souvenir » est également devenu, depuis 2012, une « journée d’hommage à tous les morts pour la France ». 

Commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918 au Puy-en-Velay Photo par DR

Une première cérémonie au carré militaire du cimetière du Puy-en-Velay

Dès 10h du matin, les premiers citoyens se sont réunis autour du carré militaire du cimetière du Puy-en-Velay. Autour d’Eric Etienne, préfet de Haute-Loire, Michel Chapuis, maire de la ville, Laurent Wauqiez, président de région, des anciens combattants, des pompiers, des scolaires et des dizaines d’anonymes sont ainsi venus rendre hommage aux disparus de la première guerre mondiale.     
Un premier fleurissement des tombes par les enfants des écoles de la ville précède une émouvante sonnerie « aux morts » et une vibrante « Marseillaise ».    
Dans la foule, Monseigneur Yves Baumgarten vient « apporter le message d’espérance de l’Eglise pour dépasser les guerres et les conflits qui sont toujours de mauvais choix ».    
A quelques encablures, Marie-Hélène Aubry, directrice académique des services de l’Education nationale de Haute-Loire souligne « la forte implication des jeunes et des élèves du département dans le devoir de mémoire ». La présence d’élèves volontaires de l’Ecole de jeunes porte-drapeaux du collège Saint-Louis, de la section Croix-Rouge des élèves du collège Lafayette, des collégiens de la classe de défense du site Anne-Marie Martel, des primaires de l’école publique Michelet et de l’école privée Saint-Régis témoigne ainsi de « l’engagement de la jeunesse sur les questions de citoyenneté et du respect de l’Histoire de notre pays ».

Commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918 au Puy-en-Velay Photo par DR

Une seconde cérémonie officielle sur la place de l’Hôtel de ville

A 11h, l’ensemble des acteurs de cette commémoration se sont retrouvés sur le parvis de la place de l’Hôtel de ville du Puy-en-Velay.     
Au pied de l’arbre de la Liberté, et sous la direction du préfet de Haute-Loire, plusieurs décorations militaires ont alors été décernées à des anciens combattants français.    
La cérémonie officielle s’est poursuivie par plusieurs discours et dépôts de gerbes avant le salut, par les autorités, des anciens combattants, des troupes d’honneur du 28ème régiment de transmission d’Issoire et des différents participants.     
Ce moment de souvenir a alors été l’occasion pour Matthieu Le Verge, directeur du service départemental de l’Office national des combattants et des victimes de guerre, de rappeler « l’importance toute particulière de ce grand moment d’unité nationale » et de souligner l’impact de ce conflit dans notre département qui a vu 16% de sa population être mobilisée et plus de 10 000 de ses enfants tombés au champ d’honneur.     
Un sacrifice qui aujourd’hui nous oblige et nous rappelle que la paix a un prix.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

ri

sam 12/11/2022 - 17:11

Bonjour,

petite précision historique, il ne s'agit pas de l'arbre de la liberté place du Martouret mauis l'arbre de la Victoire. Une plaque installée depuis 1919 au pied de l'arbre le rappelle .