Tous

Rosières

Emblavez-Meygal : un binôme attaché à son territoire

dim 01/03/2015 - 11:34 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:33

Raymond Abrial, 59 ans, est conseiller général du canton de Saint-Julien-Chapteuil, maire de Saint-Pierre-Eynac depuis 2001 et président de la communauté de communes du Meygal.
Cécile Gallien, 43 ans, est maire de Vorey-sur-Arzon depuis 2008 et vice-présidente de la communauté de communes de l'Emblavez en charge du développement. 

Une suppléante motivée pour faire avancer le département
La première suppléante est Bettina Chaudy, 45 ans, conseillère à l'emploi, adjointe à la mairie de Saint-Hostien et conseillère communautaire du Meygal. Elle explique : " Que ce soit au travers de ma vie ici depuis 30 ans, de mon investissement dans la vie associative notamment à Saint-Etienne-Lardeyrol ou de ma démarche aujourd'hui dans le Meygal, je suis animée, depuis toujours, par le besoin de vivre et travailler ici. Je souhaite que nos jeunes, à leur tour, y trouvent les moyens d'y vivre bien au coeur d'un tissu social intergénérationnel plaisant dans un environnement préservé. "
L'élue rajoute : " Le fait d'avoir accepté de rejoindre Cécile et Raymond dans cette élection, sur une démarche sans étiquette, représente une nouvelle étape pour contribuer à la dynamique de notre territoire. Présente aux côtés des élus sur les dossiers en lien avec le tourisme, l'économie, le développement de notre territoire, fille d'artisan et ayant travaillé en PME et en secteur public, je suis très impliquée dans l'insertion professionnelle notamment des jeunes. Je souhaite ainsi conjuguer nos regards d'élus de terrain, de citoyens, pour faire avancer notre département. "

Pour être à l'écoute de la population
Le deuxième suppléant est Denis Vincent. A 49 ans, natif de Malrevers et père de trois enfants, il est conseiller municipal depuis 2008. Il témoigne : " Très attaché à nos communes en milieu rural, où nous devons rester solidaires, garder de vraies valeurs pour y vivre encore de belles années. " Investi dans diverses associations sportives depuis une trentaine d'années où il a assuré la présidence, le suppléant voit là " un lieu de rassemblement de toutes les générations " et surtout un endroit où soutenir la jeunesse.
Il explique : " Je viens du monde agricole. Là aussi nous devons être aux côtés de nos agriculteurs et de nos entreprises locales pour que les uns et les autres travaillent en harmonie. " Le conseiller municipal rigole : " On ne grandit pas aux côtés de Loulou Vincent sans attraper le virus de la vie communale et de l'investissement au service des gens : ' Au pays des verger à pommes, la greffe ne pouvait que prendre '. " Le suppléant conclut : " C'est pour cela que je suis très heureux d'accompagner Cécile et Raymond dans cette élection pour me permettre d'être à l'écoute et au service de nos populations. "

Mettre à disposition leur expérience
Les candidats dénoncent : " Ce canton tout comme les 18 autres de la Haute-Loire ont été décidés par décret, sans que nous élus locaux ayons été consultés. Plus de 12 000 habitants le constituent. C'est un territoire dynamique qui gagne en population, et ceci est le fruit des acteurs économiques, sociaux, associatifs et des politiques menées par les élus locaux. " C'est avec une volonté de liberté, de sincérité et un esprit constructif dans laquelle l'équipe veut mettre toute son énergie, sa disponibilité et son expérience au service du territoire et de ses habitants : " C'est ce qui compte avant tout pour nous ".

Pour une union nationale
Cécile Gallien indique : " La devise républicaine ' Liberté, égalité, fraternité ' nous unit. Ces valeurs universelles parfois mal menées, et inscrites au fronton de nos mairies, écoles, services publics, nous rassemblent. Depuis 30 ans, les divisions alternées et partisanes ont conduit la France dans l'impasse. Je suis favorable à une Union nationale, à une conjugaison des forces et des bonnes volontés, alors pourquoi ne pas commencer en Haute-Loire ?
" Nous travaillons ensemble au sein du Pays du Velay, du centre de gestion, du SITCOM, et nous nous sommes dits : ' Nous sommes des élus de terrains, à la tête de nos communes respectives. Nous vivons un peu les mêmes problématiques. Nous sommes très souvent d'accord sur les positions qu'on a à prendre pour nos territoires. ' Nous avons réfléchi et nous nous sommes dits : ' Pourquoi ne ferions-nous pas un binôme de candidats à l'élection départementale ? ' C'est donc ce qui a motivé notre choix tout naturellement. "

Le Meygal et l'Emblavez
" Notre équipe est l'alliance de quatre élus de proximité ", expliquent les deux maires, président et vice-président de leurs intercommunalités. " Afin d'assurer un juste équilibre de nos territoires, nous avons choisi nos suppléants, tous les deux élus, l'une sur le Meygal et l'autre sur l'Emblavez. Nous sommes donc deux de chaque secteur et réalisons de surcroît dans cette démarche une double parité sur notre territoire. 
C'est donc dans une équipe composée de gens élus qui ont été soutenus par leur population et pour ce qui me concerne ", rappelle monsieur Abrial, " je rappelle que je serais le seul des candidats à me présenter comme conseiller général sortant. Je connais bien les enjeux de notre département et surtout les problématiques qui nous conduisent à cette situation. "

L'expérience au service des autres
Cécilé Gallien indique quant à elle : " Après cinq années d'études universitaires en Economie, j'ai eu la chance de travailler quatre ans en Rhône-Alpes dans le développement des territoires et m'investit depuis 17 ans en Emblavez. Élue maire du Vorey en 2008 puis vice-présidente de la communauté de communes de l'Emblavez en 2014, mon souci a toujours été et est de favoriser l'économie locale, de soutenir les entreprises artisanales, les commerces, l'industrie qui créent des emplois dans notre canton, la diversification de l'agriculture de montagne, l'économie touristique, et toutes les initiatives créatrices d'activités et de bien-être social. Or les crédits départementaux consacrés au développement économique ne représentent que 6% du budget. Il faut avec la Région, orienter les crédits publics vers la création d'activités et l'investissement ainsi que vers l'insertion professionnelle des jeunes notamment. De plus en tant que Maire je gère un budget communal très contraint, et souhaite tenir les mêmes engagements que ceux réalisés à Vorey depuis que je suis maire : ne pas accroître les impôts locaux et ne pas continuer à faire porter aux nouvelles générations une dette abyssale. Je souhaite donc mettre mes 20 ans d'expérience au service du canton et de la Haute-Loire. "

Pour que les routes restent au département
Raymond Abrial complète : " Nous voulons oeuvrer pour que notre département reste la structure de proximité. En matière d'aide sociale, le département ne peut pas en supporter le coût à lui seul. A titre d'exemple, nous savons désormais que pour les personnes âgées, l'espérance de vie augmente de cinq heures par jour. C'est considérable et c'est tant mieux, mais la dépendance et le nombre de personnes qui seront dépendantes, lui aussi va augmenter. Nous en appelons à une solidarité nationale pour les maisons de retraite ou d'accueil de personnes dépendantes, pour le maintien à domicile, pour l'enfance en danger...la richesse d'un territoire dynamique, c'est de bien former ses adultes de demain, les investissements en faveur de la jeunesse et des collèges sont importants pour nous. Quant aux routes départementales, elles doivent rester des compétences du département, pour sans cesse contribuer à la bonne circulation des populations sur un territoire marqué par des conditions de terrain et météorologiques très disparates, qui ne doivent pas être un frein pour la mobilité professionnelle et donc l'économie, mais bien un vecteur de développement. "

Sans étiquette
Les deux candidats continuent : " Vous l'avez compris, voire écrit, nous n'avons pas la bénédiction politique pour laquelle se revendiquent certains de droite ou de gauche. Nous nous présentons sans étiquette. Chacun avec sa façon d'appréhender la société et dans le respect de nos différences, sans se renier. Loin de la cacophonie des partis, nous sommes favorables à tout ce qui rassemble face aux difficultés actuelles liées à cette crise impitoyable qui nous touche, et à ce qui facilite les initiatives. Nous souhaitons apporter notre engagement et notre savoir, on l'espère avec le soutien des électeurs et électrices, c'est bien sûr celui-là qui est déterminant, à la gestion de notre département, dans un rôle constructif et pour avancer ensemble. "

Un rôle important
" Nous proposerons et soutiendrons au Conseil général, les actions visant à faciliter la vitalité de nos communes, le développement économique du territoire et le bien vivre des habitants et nouvelles générations. Nous nous engageons tous les quatre à agir durant six ans, à être à l'écoute de nos concitoyens, pour que la Haute-Loire joue un rôle important dans cette région de plus de 7,7 millions d'habitants. La Haute-Loire a des atouts et une place singulière à prendre en Auvergne Rhône-Alpes. Elle doit être respectée, accompagnée et entendue ", expliquent les candidats.

Ils concluent : " Telles sont de notre point de vue nos principales motivations qu'on détaillera dans notre programme de campagne. "

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire