Élèves migrants et vellaves main dans la main sur le thème de l'exil (VIDÉO)

ven 17/05/2019 - 13:06 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:57

Ils viennent de Guinée Conakry ou d'Espaly, ils n'ont pas vécu les mêmes choses mais ils se retrouvent autour de ce projet qui mêle l'écriture, le chant et les arts plastiques, sur le thème de l'exil.
Des élèves de l'option arts plastiques ont tout d'abord créé des oeuvres sur ce thème, puis d'autres élèves, dont la moitié sont allophones et migrants, ont écrit des textes sur ce thème, tout en découvrant les chansons du groupe FAHRO qui a composé un album intitulé "Loin l'ouest".

Indien Sagaro et "Discowboy" : rencontre entre les cultures, de tous les voyages, réels ou intérieurs
Cet album raconte l'histoire de la rencontre entre "Discowboy", cow-boy moderne et un peu paumé et Sagaro, un Indien qui représente tout ce qu'il n'est pas : la connaissance, l'introspection, la communion avec la nature, etc. Cette rencontre est emblématique de toutes les rencontres entre les cultures, de tous les voyages, réels ou intérieurs.
"Je me suis servie de cette parabole pour aborder le thème de l'exil de façon détournée", explique leur professeure de FLE (français langue étrangère) Virginie Durantet. "Un autre détournement a consisté à utiliser des oeuvres des élèves de l'option arts plastiques pour alimenter l'expression", ajoute-t-elle.

Lecture, danse, chants, arts plastiques
Le jeudi 16 mai, en soirée, professeurs et lycéens étaient sur le qui-vive pour la représentation de leur spectacle qui commence par une lecture des textes, accompagnée de la projection des oeuvres.
Puis venait le moment du concert, avec les vingt élèves sur scène reprenant les refrains et parfois chantant des titres entiers, accompagnés des deux musiciens du groupe Fahro, Théophile Ardy et Romain Lateltin.

"Ça se passe bien au niveau de l'intégration, ce sont des élèves qui réussissent dans les classes"
Les élèves allophones sont intégrés au lycée ponot grâce à un dispositif nouveau qui a été créé au lycée Charles et Adrien Dupuy, qui a été initié en septembre dernier, qui s'appelle UPE2A, unité pédagogique pour élèves allophones nouvellement arrivés. "Ça se passe bien au niveau de l'intégration, ce sont des élèves qui réussissent dans les classes", témoigne leur professeure de FLE (français langue étrangère) Virginie Durantet.
Leur inclusion est répartie dans diverses classes et non concentrée dans une même section, ce qui facilite leur intégration. Il existe des classes de ce type dans les lycées de La Chartreuse à Brives-Charensac et d'Auguste Aymard à Espaly, ainsi que dans divers collèges, notamment les établissements publics du bassin du Puy.

 

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire