Élections européennes : l'UDI veut "encore plus d'Europe"

mar 20/05/2014 - 18:35 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:21

L’Europe, c’est une « bataille entre les nostalgiques à lampes à huile et ceux qui veulent avoir plus de lumière ». Gérard Roche, président du Conseil général et sénateur UDI, en adepte de la métaphore qu’il est, n’a pas mâché pas ses mots envers les eurosceptiques. Ce lundi 19 mai au Puy-en-Velay, l’Union des démocrates et indépendants, associée avec le MODEM pour les élections européennes, détaillait son programme pour l’Europe en vue du scrutin du 25 mai prochain. Le programme du seul parti qui « prône l’Europe sans restriction », selon Michel Chapuis, président départemental.

Une élue de Brioude sur la liste
Le candidate de l’UDI pour la circonscription Massif Central-Centre est Sophie Auconie, vice-présidente du parti, conseillère municipale de Tours depuis 2008 et députée européenne depuis 2009. « J’ai consacré chaque instant de ce mandat passionnant à promouvoir les intérêts des habitants des régions Auvergne, Centre et Limousin », précise-t-elle sur son tract. Sur sa liste, la candidate peut compter sur une Altiligérienne : Marie-Christine Degui, première adjointe au maire de Brioude. C’est d’ailleurs pour cette raison que Sophie Auconie a préféré se déplacer à Brioude et Saugues plutôt qu’au Puy, faute de temps - au total, la circonscription couvre treize départements. Il revenait donc aux sénateurs Gérard Roche et Jean Boyer, au président départemental de l’UDI, Michel Chapuis, ainsi qu’à Marie-Christine Degui de délivrer le message européen du parti au sein de la cité mariale : « Nous les habitants de la Haute-Loire, on a besoin de l’Europe », a soutenu la dernière citée.

« On est fautifs, nous les élus »
« L’Europe, c’est la traversée d’un fleuve. Il y a ceux qui sont au milieu et qui veulent faire demi-tour ; nous on fait partie de ceux qui veulent aller sur l’autre rive. » Gérard Roche n’a cessé de le marteler lundi : l’UDI et le MODEM sont des Européens convaincus. Les amateurs de la « lampe à huile », ce sont « ceux qui veulent revenir à une Europe réduite ». Une courte explication comme seul commentaire du sénateur sur la récente sortie de Laurent Wauquiez sur l’Europe, via son ouvrage « Europe : il faut tout changer » dans lequel le maire du Puy-en-Velay prône le retour à une Europe à six. Mais le président du Conseil général de Haute-Loire n’a pas non plus été tendre avec lui-même : « On est fautifs nous, les élus. On est européens qu’au moment de l’élection. » Par là, Gérard Roche admet que le désintérêt des populations pour les élections européennes [près de 60% d’abstention annoncée par les sondages, ndlr] est lié à certains oublis des représentants, notamment l’oubli de mentionner la part de financement de l’UE dans les projets locaux.

Le désintérêt des populations, l’UDI l’explique aussi par la distance que les gens installent entre leur quotidien et l’Europe. « Ce qui fait peur aux gens, c’est la complexité de l’Europe », concède Michel Chapuis. Même son de cloche du côté de Gérard Roche qui estime que, pour l’instant, les élus n’ont pas réussi « à expliquer l’Europe avec des idées simples ». Pour les agriculteurs de Haute-Loire, Jean Boyer a un message simple : « Toutes les terres du département sont exploitées grâce à l’Europe. »

A.L.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire