Élections européennes : le PS en campagne contre l'abstention, mais pas que

sam 26/04/2014 - 17:24 , Mise à jour le 26/04/2014 à 17:24

L’abstention atteindra-t-elle de nouveaux sommets aux élection européennes ? Jean-Paul Denanot, tête de liste PS de la circonscription Massif Central-Centre, était présent au Puy-en-Velay ce samedi 26 avril pour s’assurer que ce ne soit pas le cas. À un mois de l’échéance, prévue le 25 mai prochain, la mobilisation des électeurs demeure l’enjeu premier du scrutin.

« Relancer la croissance »
Jean-Paul Denanot, leader de la liste socialiste de la circonscription qui regroupe les régions Auvergne, Centre et Limousin, est « un proche de François Hollande depuis longtemps » - c’est ainsi que le présente André Chapaveire, premier secrétaire du Parti Socialiste de la Haute-Loire. Député européen pendant neuf mois, de 2008 à 2009, il admet volontiers qu’il n’est pas facile de faire campagne dans treize départements. Mais la Haute-Loire, il connait : « Je suis un mordu de pêche à la mouche et je pêche souvent du côté de Saugues. Il y a un ruisseau magnifique. » Actuel président du Conseil régional du Limousin, il assure qu’une « victoire des socialistes à l’Europe permettrait de relancer la croissance ». Pour cela, deux priorités : installer la taxation sur les transactions financières et relancer les infrastructure, notamment pour ne pas passer à côté de la vague du très haut débit. « Il ne fait pas rater le coche le 25 mai, sinon c’est la France qui va en souffir. »

Jean-Paul Denanot a insisté sur le travail des socialistes en faveur du monde paysan, notamment sur le maintien de la Politique agricole commune (PAC) :

{{audio1}}


Une abstention en hausse depuis… 1979

« C’est difficile de parler sur l’Europe, les gens pensent que c’est très, très loin. » Les chiffres donnent malheureusement raison à Arlette Arnaud-Landau, présente ce samedi aux côtés de Jean-Paul Denanot et de Jean Mallot, représentant auvergnat de la liste socialiste. Depuis 1979, année de la première élection des députés européens au suffrage universel, l’abstention à ce scrutin n’a cessé d’augmenter en France (à l’exception des élections de 1994). En 2009, lors de la précédente élection des députés européens, à peine 40% des électeurs français s’étaient déplacés jusqu’aux urnes. Il y a à peine un mois, « seulement » 72,33% des Altiligériens ont exprimé leur voix au premier tour des élections municipales. Une participation en baisse par rapport au scrutin précédente (77,45% en 2008) : de quoi envisager un nouveau record d’abstention le 25 mai prochain ? C’est possible, et probable, compte tenu du manque d’intérêt des français pour cette échéance électorale.

1,25 million d’euros pour la Haute-Loire
C’est au marché du Puy que l’équipe socialiste s’est rendue, ce samedi matin, pour « informer sur ce qu’apporte l’Europe ». Pour la troisième tête de liste, Jean Mallot, il ne faut pas sous-estimer la culture électorale des Français, et des Ponots : « Les gens savent qu’il y a des élections le 25 mai, ils aiment en parler. Quand on voit ce qu’il se passe en Ukraine, pour tous ses pays pour qui l’Union européenne est un phare démocratique, c’est important de voter. C’est un devoir. » En Haute-Loire, l’Union européenne finance et soutient des projets à hauteur de plus d’1,25 million d’euros : géothermie publique à Tence, pôle d’excellence technologique rurale à la Vieille Brioude, rénovation du bâtiment d’un centre de formation en pâtisserie à Yssingeaux, création d’une « boutique pour enfants » à Brioude.

A.L.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire