Élections départementales : des tickets droite-gauche, pourquoi pas ?

jeu 23/10/2014 - 16:58 , Mise à jour le 27/11/2020 à 05:53

Il y aura peut-être des binômes hybrides aux prochaines élections départementales de mars 2015. En aparté, Gérard Roche a confié aux membres du Club de la presse et de la communication de la Haute-Loire ne pas exclure d'encourager la formation de candidatures composées d'une personnalité de la majorité départementale actuelle (UMP, UDI ou divers droit) et d'une autre de gauche.

Pour contrer le FN
Précisant que ce n'est plus lui qui est à la barre de la majorité départementale depuis cet été, l'ex-président du Conseil général, aujourd'hui vice-président et sénateur, constate tout de même que des listes hybrides ont été formées aux municipales et que « ça fonctionne très bien, comme à Brives-Charensac ». Mais, pour Gérard Roche, si ces alliances contre-nature « ne doivent pas devenir la règle », ce serait « une manière de contrer le FN qui est une vraie menace dans certains cantons », notamment à l'Est du département... A moins que cela ne fasse, justement, le jeu du Front national qui raille déjà ce qu'il appelle « l'UMPS » (voir ci-dessous).

----Selon un premier sondage national sur le scrutin départemental de mars prochain, la droite sortirait grande gagnante.-----Un homme, une femme, à égalité
Mais, la majorité départementale actuelle ne fait pas que les yeux doux au PS. Elle s'adresse aussi et surtout aux non-encartés, aux personnes issues de la société civile. Car tous les partis politiques sont lancés dans une course folle aux candidats. Ce jeudi, les dates des 22 et 29 mars 2015 ont été confirmées par Matignon, démentant la rumeur d'un possible report évoquée dans Les Echos. En effet, ces prochaines élections départementales (auparavant appelées cantonales) seront marquées par un tout nouveau système de binômes hommes-femmes. Ainsi, la parité devra être impérativement respectée pour chaque ticket qui devra être composé d'un homme et d'une femme. Mais les deux candidats feront également jeu égal. Il ne s'agit pas d'un titulaire et d'un suppléant. Les deux candidats élus siégeront à l'assemblée départementale et devront s'accorder sur chacun de leur vote. Autant dire, une belle pagaille en perspective.

Agence matrimoniale
Il est donc urgent pour tous les partis politiques de composer ces binômes le plus tôt possible. Et pour cela, il leur faut surtout trouver des femmes prêtes à se lancer en politique, et à s'investir ! Où les trouve-t-on ? Dans les conseils municipaux, dans la vie associative, par le bouche à oreille... Une fois trouvées, encore faut-il qu'elles s'entendent avec leur co-listier masculin. Et la même chose reste à faire pour le binôme de suppléants... Un travail si prenant que Gérard Roche confiait, non sans humour, avoir l'impression d'être une « agence matrimoniale » en ce moment !

----Une assemblée « difficile à diriger »
Avec de nombreux candidats dont ce sera la première expérience en politique, Gérard Roche prédit une assemblée départementale « très difficile à diriger » puisqu'il faudra à ces néophytes une période de rodage pour s'adapter au fonctionnement du Conseil général mais aussi pour acquérir un esprit, et une discipline, de majorité.-----Le PS « agréablement surpris »
Contacté par notre rédaction, le secrétaire départemental du PS43, André Chapaveire, se « agréablement surpris » par cette idée de binômes hybrides avec la majorité départementale. « Nous allons examiner cette proposition », commente-t-il, même s'il précise que la priorité reste, évidemment, sur les candidats de gauche, dont les partenaires traditionnels, comme Europe Ecologie Les Verts. « Nous sommes en pourparlers », confirme André Chapaveire, précisant que les dates définitives venaient à peine de tomber. Et d'ajouter qu'il ne doute pas de « tomber d'accord avec [nos] partenaires ». Pour autant, il garde en tête l'épée de Damoclès d'un Front national au deuxième tour, ou même élu, pour la première fois au Conseil général. « On ne voudrait pas d'un deuxième tour FN / UMP, conclue-t-il, et pour cela il nous faudra être unis. » Rappelons qu'aux européennes de mai dernier, le FN est arrivé en tête en Haute-Loire, provoquant une vague d'indignation. Aux municipales d'avril, le FN avait grappillé cinq sièges dans tout le département.

Annabel Walker

  • Dans un communiqué, Pierre Cheynet, le secrétaire départemental du Front National de Haute-Loire, raille l'idée de ces binômes hybrides :

« Gérard Roche et André Chapaveire, les mariés de l'UMPS

Le « mariage pour tous » a des conséquences insoupçonnées en Haute-Loire. On vient d’apprendre que le sénateur UDI Gérard Roche demandait la main du premier secrétaire altiligérien du PS André Chapaveire, ou plus exactement de ses candidats, pour les unir à ceux de la majorité départementale UMP-UDI dans le cadre de « binômes mixtes » aux prochaines élections ! Désorienté par le succès du FN, Gérard Roche confond désormais sa droite et sa gauche. Il ne fait en cela qu’imiter Laurent Wauquiez, qui s’était déclaré prêt à voter pour n’importe quel candidat de gauche pour faire échec au Front National lors des dernières élections cantonales, en mars 2011...

Loin des magouilles de ces chevau-légers de l’UMPS, le FN 43 annonce qu’il a d’ores et déjà tous ses candidats dans les 19 cantons renouvelables de Haute-Loire. De quoi apporter aux électeurs patriotes des succès attendus et mérités aux élections des 22 et 29 mars prochains.
 »

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire