Election de Miss Haute-Loire : un difficile recrutement

Par Opaline Martraix ven 07/05/2021 - 17:00 , Mise à jour le 10/05/2021 à 11:52

Chaque département prépare la sélection de ses Miss en vue de gravir les étapes de beauté et rafler la couronne ultime de Miss France. En Haute-Loire, Bérengère Jolliot-Lavaill, responsable départementale de l'aventure, a trouvé 7 postulantes qui défileront ce dimanche 9 mai au Puy-en-Velay.

Initialement prévue le 11 avril, l’élection de Miss Haute Loire se déroulera à huis clos le dimanche 9 mai au centre Roger-Fourneyron du Puy-en-Velay. Elle permettra d’élire la Miss départementale et ses dauphines. Trouver des candidates n’est pas chose aisée pour ce concours peu ancré au niveau du département. Le contexte sanitaire ajoute ainsi de nouveaux obstacles à l’organisation de ces sélections. Obstacles qui renforcent la détermination de Bérengère Jolliot-Lavaill, déléguée Régionale Miss Auvergne pour Miss France organisation.

« Soit on se disait "tant pis on fait rien", soit on décidait de garder le cap » Bérengère Jolliot-Lavaill.

Bérengère Jolliot-Lavaill rencontrera pour la première fois ce dimanche 9 mai en matinée les sept candidates sélectionnées. Les restrictions sanitaires privent les jeunes femmes d’une préparation pratique pour l’événement de ce week-end. Travail de la démarche, d’expression orale, présentation de tenues… les candidates devront faire sans cet entraînement préalable. « Cela n’handicapera aucunement les filles, assure Bérengère Jolliot-Lavaill […] On aura le temps de se préparer pour la régionale et pour cette départementale, au vu du contexte, il n'y aura aucun problème ».

« J’ai énormément souffert du critère de la taille : pour participer au concours Miss France à toutes les échelles il faut mesurer 1,70m au minimum. » Bérengère Jolliot-Lavaill

LES CRITÈRES DU CONCOURS DE MISS FRANCE

  • Etre de nationalité française
  • Avoir entre 18 et 24 ans
  • Mesurer 1,70m au minimum
  • Vivre en Haute-Loire
  • Etre célibataire et sans enfant
  • Etre sans tatouage (petit toléré) et sans piercing
  • Avoir un casier judiciaire vierge
  • N'avoir fait aucune photo dénudée ou trop engagée

Une sélection très réglementée

Ancienne miss, Bérengère Jolliot-Lavaill a elle-même connu la sévérité des critères de sélection appliqués aux candidates. Des critères qui n’ont pas connu de réelles évolutions depuis la création du concours national, bien que la taille réglementaire ait été réduite.

Les petits tatouages (d'une superficie moindre qu'une pièce de 2 euros) sont également tolérés mais seulement s’ils sont dissimulables. Bérengère Jolliot-Lavaill approuve le maintien d’un tel règlement qui permet un encadrement sérieux des sélections de candidates.

« Je trouve qu’elles ont vraiment du mérite et c’est très courageux »

Pour la déléguée régionale, le milieu des Miss a cependant beaucoup évolué. Les filles doivent savoir correctement parler, être jolies, défendre des causes, pouvoir répondre à des dizaines d'interviews...et s'exposer ainsi également à la critique. « Je trouve qu’elles ont vraiment du mérite et c’est très courageux », confie-t-elle.

Cette passion pour l’univers des Miss anime Bérengère Jolliot-Lavaill dans son désir actuel de trouver "LA" candidate idéale qui recevra la précieuse couronne de Miss France.

« Je rêve de pouvoir dénicher une fille qui sera élue Miss Auvergne et couronnée Miss France. Ca serait l’aboutissement de ce que j’entreprends depuis maintenant plusieurs années. » Bérengère Jolliot-Lavaill

Depuis 1920, date de création du concours par Maurice de Waleffe, aucune Miss Auvergne n’a encore atteint le titre national, ce qui ne décourage pas Bérengère Jolliot-Lavaill dans ses recherches et son implication. « Ça serait une grande fierté pour la région », livre-t-elle. L'élection de Miss Auvergne est, quant à elle, prévue le 10 septembre au Puy-en-Velay.

Opaline Martraix

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés