Egalité homme/femme : la maroquinerie du Puy au top

lun 15/03/2021 - 16:45 , Mise à jour le 15/03/2021 à 16:45

Dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes, le préfet de la Haute-Loire a visité l’entreprise Maroquinerie du Puy à Chaspuzac, spécialisée dans la fabrication de maroquinerie de luxe. D'après les chiffres indiqués par le communiqué, cette entreprise fait de l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes un combat et un succès quotidien.

Voici l'intégralité du communiqué de presse partagé par les services de la préfecture concernant la visite d'Eric Etienne dans la Maroquinerie du Puy.

"Créée en 2011 et implantée à Chaspuzac depuis 2016, elle compte 241 salariés au 31 décembre 2020 (88 % de femmes et 12 % d’hommes). Cette entreprise fait partie des entreprises ayant obtenu un des meilleurs scores concernant l’index de l’égalité en Haute-Loire : 99 sur 100 en 2019 et 2020, total obtenu en cumulant les points sur les critères suivants :

  • écart de rémunération femmes-hommes : 39/40 (soit entre 0 et 1%)
  • écart de répartition des augmentations individuelles et écart de répartition des promotions : 35/35
  • nombre de salariées augmentées à leur retour de congé maternité : 15/15
  • parité parmi les plus hautes rémunérations : 10/10

A titre de comparaison, la note moyenne nationale pour des entreprises de taille similaire était, en 2020, de 83 sur 100.

L’index de l’égalité professionnelle, qu’est-ce que c’est ?

L’index de l’égalité professionnelle a été instauré par la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel du 5 septembre 2018, afin de lutter contre les inégalités salariales entre les femmes et les hommes. Depuis le 1er mars 2020, toutes les entreprises d’au moins 50 salariés sont concernées par cette obligation de calcul.

Cet index permet aux entreprises concernées d’évaluer sur 100 points le niveau d’égalité entre les femmes et les hommes en s’appuyant sur les critères suivants :

  • écart de rémunération femmes/hommes
  • écart de taux d’augmentation individuelles
  • nombres de salariées augmentées à la suite de leur congé maternité
  • parité parmi les 10 plus hautes rémunérations
  • écart de taux de promotion (seulement pour les entreprises de plus de 250 salariés).

Une fois l’index calculé, les entreprises concernées doivent le publier sur leur site Internet le déclarer à l’inspection du travail et le communiquer au comité social et économique (CSE)".

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire