Don du sang : les réserves sont fragiles durant l'été

jeu 28/07/2022 - 12:00 , Mise à jour le 28/07/2022 à 12:00

Comme chaque été, l'Etablissement Français du Sang appelle à la mobilisation. A la halle aux grains d'Issoire, une collecte a été organisée ce mercredi après-midi. 

A la halle aux grains d'Issoire, l'espace aménagé par l'Etablissement Français du Sang est rempli. Les bénévoles s'affairent pour que personne ne manque de rien. A l'accueil, Marina s'occupe de recevoir les donneurs et de les conduire vers le secrétariat. Avec elle, Hubert un autre bénévole prêt à donner de l'aide à chaque étape, de l'accueil à la collation.

"On peut croire qu'il y a du monde aujourd'hui, c'est vrai la salle est pleine. Mais nous sommes loin des précédentes collectes où nous avions près de 400 donneurs. Là sur les deux collectes réalisées à un mois d'intervalle, nous atteignons péniblement les 300 donneurs. Et avant nous faisions également le plasma", se souvient Hubert.

Un été encore délicat pour l'Etablissement Français du Sang

C'est désormais récurrent pour les mois de juillet et d'août. La période estivale est un véritable calvaire pour l'EFS. Avec les départs en vacances et les congés, les réserves de poches de sang s'amenuisent. Au niveau national et au mois de juillet 2022, le stock de poches de sang est inférieur à 90 000 contre plus de 110 000 habituellement. L'Etablissement Français du Sang a même lancé un message de mobilisation générale cet été pour retrouver le niveau de stock habituel. 

Pour pouvoir donner son sang, il y a quelques règles à respecter.

Il faut d'abord respecter une limite d'âge et de poids. Pour donner son sang, il faut être âgé de 18 à 70 ans et peser au moins 50 kilos.

Mais il y a également quelques contre-indications qui peuvent vous empêcher de donner votre sang :

- si vous avez eu une infection ou de la fièvre (plus de 38°) au cours des deux dernières semaines.

- si votre tatouage ou votre piercing a été fait il y a moins de 4 mois. Cette contre-indication concerne aussi les boucles d’oreille.

- si vous avez eu des relations sexuelles avec des partenaires différents au cours des 4 derniers mois.

- si vous avez reçu un soin ou une opération dentaire. Il y a donc un risque de passage de bactéries dans le sang. Le délai varie de 24h après le traitement d’une carie ou un détartrage à 7 jours pour une extraction dentaire ou un traitement de racine.

- si vous avez voyagé au cours de la dernière année. En fonction du pays ou des régions visités, vous ne pouvez peut-être pas donner votre sang tout de suite. 

Une organisation efficace

Hugues est un bénévole présent à la collecte de sang à Issoire. Photo par Romain Bruyas

Dans la halle aux grains d'Issoire, rien n'est laissé au hasard pour que l'après-midi de collecte se passe le mieux possible. Un parcours est mis en place par les bénévoles de l'EFS. A l'entrée, Marina accueille les donneurs. "Je vérifie s'ils ont pris rendez-vous ou non. Si le donneur n'a pas pris rendez-vous, je dois alors vérifier s'il y a une place entre deux créneaux, sinon il ne pourra malheureusement pas donner".

Ensuite il faut passer par la phase du questionnaire et répondre aux questions de l'EFS. L'objectif, savoir si des contre-indications ne pourraient pas permettre au donneur de procéder au don du sang.

Cette étape passée, il faut se rendre auprès de l'infirmière pour un dernier test avant le prélèvement. Ensuite, on entre dans la zone de prélèvement qui dure entre cinq et dix minutes, avant de pouvoir accéder à la collation offerte par l'Etablissement Français du Sang.

Pâtes de fruits, compotes et biscuits offerts par l'EFS dans la collation

"La collation est bien évidemment offerte par l'EFS", précise Hubert. Dans les assiettes préparées par Françoise et ses collègues bénévoles, on peut retrouver des compotes, des pâtes de fruits, mais aussi des barres de céréales et des biscuits et autres fruits. "C'est une étape hyper importante parce qu'on prélève presque un demi-litre de sang, entre 420 et 480 millilitres pour être précis", explique Hubert.

"Certaines fois, des donneurs prenaient les assiettes et quittaient les lieux. C'est important de se poser et de prendre le temps de bien se restaurer après. Certaines fois, j'en ai vu assis sur les marches de la halle aux grains pas bien du tout", se rappelle Hubert. 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés