Distribution de sourires à l'hôpital

sam 15/02/2014 - 10:50 , Mise à jour le 26/11/2020 à 17:49

C'est ce mercredi que les Nez Rouges se sont installés en Haute-Loire et les premières actions pour aider les jeunes patients ne devraient pas tarder puisque le premier don a été remis à cette occasion.

Rien d’impossible pour les Nez Rouges
Cette association a été fondée par Sébastien Buisson en 2005 pour améliorer le quotidien des enfants hospitalisés, elle est aujourd’hui présente dans 47 départements. Ceci passe par des dons de matériels, des interventions d’artistes, des ateliers créatifs ou encore la réalisation de leurs rêves, en bref : en leur donnant le sourire et des étoiles dans les yeux pour les sortir de leur quotidien.

Des rires pour d’autres tranches d’âges
Après avoir passé quelques mois à rechercher des volontaires sur tout le département, le jour J est enfin arrivé ce mercredi avec l’installation officielle de l’association au plein coeur du Centre Hospitalier Emile Roux. Le Directeur de ce dernier, Olivier Servaire-Lorenzet a insisté sur l’importance de l’accessibilité de ce service pour un maximum de patients qu’ils soient enfants, adultes ou personnes âgées. Les Nez Rouges souhaitent créer des liens intergénérationnels entre les patients séjournant pour de longues durées au sein de l’hôpital, afin de leur redonner le sourire.
L’antenne départementale se trouve donc au Puy mais d’autres structures de Haute-Loire devraient pouvoir profiter des actions organisées.

Premier don, première action
Pour l’occasion Sébastien Buisson, venu spécialement de Haute-Vienne, était accompagné de l’ambassadrice de Haute-Loire, Brigitte Alaimo et de bénévoles tels que Sabrina et Audrey venues dans leurs plus beaux habits de clown afin de recevoir le premier don. L’ambassadrice a d’ailleurs tenu a remercier le club Kiwanis qui est un partenaire financier de l’association.
Le premier achat des Nez Rouges sera un baby-foot professionnel pour le service pédiatrie du Centre Hospitalier qui accueille les enfants jusqu’à 18 ans ainsi que leurs parents. Les jeunes patients devraient pouvoir en profiter d’ici quelques jours.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire