Des socialistes soucieux des idéaux de justice sociale

sam 28/10/2017 - 15:31 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:49

Arlette Arnaud-Landau, Raymond Vacheron, Christian Bourquard, Sabine Chirol, André Michel, Annie Coste, Jacques Floquet, Martine Pierron, Franck Cortese, Jean-Louis Rome, Geneviève Grolleau, Christian Lafond, Gérard Fraquier, Agnès Hay, Laurent Johanny, Gérard Roqueplan, Catherine Teysonneyre, Fernand Rosier, Emmanuel Wiederhold, sont les premiers signataires d’un projet de Parti socialiste unitaire, au niveau local en Haute-Loire. Voici leur communiqué.

« La politique du gouvernement montre son vrai visage, celui de l’injustice sociale au service des plus riches. Face à lui, il est nécessaire de reconstruire une gauche alternative. Le gouvernement Macron-Philippe empire la politique initiée précédemment contre le code du travail par la loi El Khomri », estiment-ils.

«Rien de grand sans unité»
Ces élus, anciens élus, ou simples citoyens, se définissent comme « des socialistes opposés à la dérive libérale et aux reculs sociaux du gouvernement Valls-Hollande qui ont conduit le Parti socialiste à sa perte, par une politique qui tournait le dos aux attentes de (nos) concitoyens. D'ailleurs, jamais depuis un siècle les candidats socialistes n’avaient obtenu en Haute-Loire un score aussi faible que lors des dernières élections législatives.»
Pour ces socialistes, « rien de grand n’a jamais été réalisé sans unité et sans un projet qui place
l’économie au service des humains, au contraire des libéraux de droite et de gauche qui veulent
mettre les humains au service de l’économie et de la finance. Nous ne nous résignons ni à l’échec, ni à la politique du passé.»

«Pas d'ennemis à gauche»
Ces déçus du Hollandisme assurent ne pas avoir d’ennemis à gauche, « ni chez les Écologistes, ni chez les Communistes, ni chez les Insoumis, ni dans le mouvement social : nous ne craignons pas de débattre ensemble, y compris de nos divergences. Nous soutenons toutes les actions de résistance contre la politique anti-sociale du gouvernement, que ce soit pour défendre le code du travail, s’opposer aux suppressions d’emplois aidés ou de fonctionnaires, ou pour refuser les injustices fiscales qui allègent l’impôt des plus riches, baissent les APL et augmentent la CSG.»

Contact : psunitaire@gmail.com

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire