Des signaux concrets de reprise de l'économie en Haute-Loire

Par Olivier Stevens mar 19/10/2021 - 06:20 , Mise à jour le 19/10/2021 à 06:20

L'INSEE vient de sortir son rapport de conjoncture d'octobre 2021. L'activité économique en région Auvergne-Rhône-Alpes se redresse et se rapproche lentement du niveau d'avant la crise.

Des chiffres cependant difficiles à interpréter, tant les différences de tissus économiques entre départements sont marquées.

On peut néanmoins dessiner une évolution nuancée pour la Haute-Loire.
 

L'activité économique, mesurée par le volume d'heures rémunérées, se redresse et se rapproche du niveau d'avant la crise. En deux ans, l'emploi salarié a fortement augmenté dans la région et les effets liés à la pandémie s'estompent dans la plupart des secteurs. Seule l'industrie peine à retrouver sa situation d'avant- crise, alors que la construction et le tertiaire ont été générateurs d'emplois.

 Le taux de chômage a légèrement diminué en deux ans mais les demandeurs d'emploi sont encore un peu plus nombreux qu'avant la crise.

Grâce à la levée progressive des mesures sanitaires, le secteur de l'hébergement et de restauration reprend de la vigueur. Le taux de chômage a légèrement diminué en deux ans mais les demandeurs d'emploi sont encore un peu plus nombreux qu'avant la crise.

Deux particularités: contrairement au niveau national, l'entreprenariat est dynamique, porté en particulier par les créations d'entreprises classiques et la construction neuve régionale augmentent plus lentement que dans l'ensemble de la France.

Pour l'instant, selon des données provisoires, l'activité tous secteurs confondus serait encore en léger recul par rapport à 2019. Un retour à la normale à la mi-année semble donc se profiler; mais il est encore difficile d'évaluer si le terrain perdu le restera à la fin de la crise sanitaire ou de confirmer dans le temps un éventuel rebond de l'emploi.

La construction reste le secteur ayant le moins subi les conséquences de la crise sanitaire

L'emploi intérimaire reste convalescent. Le recours à l'intérim en Auvergne-Rhône-Alpes est très irrégulier depuis de la pandémie. Ce trimestre, le niveau d'il y a deux ans a été retrouvé dans la région (+0,2 %) alors qu'au niveau national un creux de 2,8% reste encore à combler. L'Allier, la Drôme ainsi que la Haute-Loire ont largement dépassé le nombre d'intérimaires présents deux ans auparavant, avec des croissances supérieures à 5,8%. A l'inverse, l'Ain, l'Ardèche, le Cantal ainsi que la  Haute-Savoie sont encore loin du niveau d' avant- crise (baisse d'au moins 4,4%). 

Malgré la reprise amorcée il y a un an, l'emploi industriel peine à retrouver son volume d'emploi d'avant crise. En Haute-Loire, on enregistre un repli important compris entre 1% et 2,8%. La situation est hétérogène selon les secteurs. Alors que l'agroalimentaire (+4,7%) et l'énergie (+2,4%) ont repris des couleurs, les autres secteurs restent dans des situations plus difficiles, notamment dans la fabrication de matériel de transport (-3,3%)

La construction reste le secteur ayant le moins subi les conséquences de la crise sanitaire, l'activité n'ayant été interrompue que lors du premier confinement. 

Le chiffre d'affaire dans l'hébergement est encore de 32% en deçà de 2019 et celui de la restauration est en retrait de 9%.

La Haute-Loire ainsi que l'Allier sont en très légère baisse pour l'emploi dans le secteur tertiaire marchand.

L'activité dans l'hébergement-restauration remonte avec la levée des mesures sanitaires. Les chiffres montrent une nette reprise depuis mai, même s'ils accusent encore des niveaux bien inférieurs à juin 2019. Selon des données provisoires, la restauration devrait atteindre son niveau d'activité de juillet 2019 voire le dépasser franchement en Ardèche et en Haute-Loire. Il faut quand même modérer l'enthousiasme à la lecture de ces statistiques car le chiffre d'affaire dans l'hébergement est encore de 32% en deçà du montant constaté deux ans auparavant et celui de la restauration est en retrait de 9%.

Le nombre de demandeurs d'emploi baisse, mais demeure au-dessus de l'avant-crise.

Par ailleurs, le nombre de demandeurs d'emploi baisse, mais demeure au-dessus de l'avant-crise. Comparé à fin 2019, il augmente de 3,2%, hausse qui touche plus particulièrement les hommes. (+4,4% contre +2,1% pour les femmes).

Le secteur de la construction neuve remonte la pente mais moins rapidement qu'ailleurs en France. La Loire, la Haute-Loire, l'Ain et l'Ardèche ont des croissances supérieures à 15%.

Dans un contexte plus global, notons que l'inflation a nettement augmenté et les entreprises sont nombreuses à se déclarer contraintes par des difficultés d'approvisionnement. Malgré ce contexte, la reprise se poursuit, l'activité économique rejoindra vraisemblablement son niveau d'avant crise à la fin de l'année. Au total le PIB augmenterait de 6,25 % en 2021, après sa chute de 8% en 2020.

Vous aimerez aussi