Des renforts de police pour contrer un certain relâchement

jeu 20/08/2020 - 17:10 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:07

« Au total, depuis lundi, ce sont 113 verbalisations qui ont été enregistrées sur la zone police, au Puy et autour du Puy, détaille Eric Cluzeau, Commissaire Divisionnaire à la Direction Départementale de la Sécurité Publique de la Haute-Loire (DDSP). 43 d’entre elles concernent les conducteurs de deux roues. Ce ne sont pas forcément des infractions graves mais on constate tout de même un certain relâchement durant cet été un peu particulier. »
Ainsi, les équipes de sécurité ont remarqué en l’espace de trois jours un certain nombre de défaut de BSR (Brevet de Sécurité Routière), six vitesses excessives, des défauts d’assurances, le non port des gants, et dix-sept contraventions concernant les équipements comme des problèmes de clignotants, de pneus, de rétroviseurs. Parmi elles, cinq machines comportaient des échappements défectueux, principales causes de tensions sur le secteur des Brives-Charensac.

Des coursiers-livreurs en faute
Les 14 CRS motocyclistes en provenance des unités de Lyon, Grenoble et Châtel-Guyon, ont été mis à la disposition de la DDSP de la Haute-Loire durant cette semaine afin de se concentrer sur ce point en priorité. « Une attention plus particulière vise les conducteurs de motos et scooters qui troublent la quiétude ces temps-ci en zone urbaine et occasionnent des nuisances importantes depuis le début de l’été, partage Eric Cluzeau. Les coursiers Uber Eat et apparentés étant souvent désignés comme irrespectueux du code de la route. » Il précise : « Deux livreurs en scooter font partie des contrevenants ».

Les pétarades, gros problème nocturne
« Sur Brives, les pétarades sont un vrai problème surtout en début de soirée ou même durant la nuit, se désole le policer. Un autre phénomène constaté est aussi celui des personnes qui ont une moto pas forcément homologuée et qui la sorte du garage pour faire un petit tour. Nous ne sommes pas dans des grands débordements comme des rodéos ou ce genre de choses mais plutôt dans du « M’as tu vu ». Néanmoins, cela n’empêchent pas que les jeunes conducteurs de scooters prennent beaucoup de dangers en n’étant pas équipés correctement. » De l’analyse d’Eric Cluzeau, il n’y a eu aucun délit mais certains comportements peuvent vite devenir insupportables surtout dans un contexte de tension généralisée.

« Ce sont des victimes potentielles d’accident grave que nous voulons et devons sensibiliser »
La bonne surprise se tient au niveau des opérations de contrôle d’alcoolémie et de stupéfiant. « Les équipes ont procédé à une vingtaine de contrôle et aucun ne s’est révélé positif, se félicite Eric Cluzeau. C’est aussi avec ce bon point que les CRS voient les gens d’ici comme des citoyens tranquilles, loin des délinquants de la route qu’ils ont pu rencontrer ailleurs. »

Si des renforts de ce type sont en général présents lors des grosses manifestations comme le Roi de l’Oiseau, le préfet de la Haute-Loire les a sollicités pour couper court à ce relâchement avant qu’il ne prenne plus d’ampleur. « On veut faire passer un message de ressaisissement surtout pour les deux roues parce que ça représente pour nous des personnes particulièrement vulnérables aux accidents de la route. Beaucoup de jeunes utilisent ce moyen de locomotion. L’année dernière, les accidents mortels concernaient des conducteurs de deux roues et un piéton. Ce sont des victimes potentielles d’accident grave que nous voulons et devons sensibiliser ».

Nicolas Defay

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire