Des groupes d’action pour l'Union Populaire en Haute-Loire

Par Olivier Stevens lun 17/01/2022 - 12:00 , Mise à jour le 17/01/2022 à 12:00

Le mercredi 12 janvier à 18h30 au centre Pierre Cardinal au Puy en Velay, s'est déroulé la réunion de constitution de cette coordination en présence d’une centaine de personnes.

 

En seulement 15 jours, 120 personnes de l'ensemble du département avec des engagements politiques, associatifs et syndicaux divers ainsi que de nombreux citoyens engagés ont constitué une coordination départementale des groupes locaux d’action pour l'Union Populaire

Dégager Macron

Après discussion, les participants ont conclu que leur objectif commun est bien de "dégager Macron, le Président des riches" en soutenant le projet "l'Avenir en commun", porté par la candidature de Jean Luc Mélenchon.

Ils ont estimé qu’il y avait urgence à rompre avec la politique de l’actuel Président pour faire arriver au pouvoir en 2022 une politique basée sur le partage des richesses, l’arrêt des privatisations et le rétablissement de  tous les services publics et tout particulièrement des hôpitaux (5700 lits fermés en 2021 en pleine crise sanitaire) et des écoles publiques victimes des suppressions drastiques de classes et de pénurie de recrutement de personnels.

Passer à la 6ème République

Plusieurs participants ont souligné leur attachement à la bifurcation écologique.

Les participants ont affirmé qu’il était urgent de passer à la 6ème République, dénonçant que le système actuel découlant de la Vème République est contraire à toute forme réelle de démocratie.

Ils ont également rappelé que Jean Luc Mélenchon dénonçait à la mise en place du passe vaccinal et de l’ensemble des mesures prises par le
gouvernement qui ne débouche que sur le chaos et la pagaille et restent inefficaces contre la progression du Virus.

Pour conclure, estimant que les chances de victoire étaient réelles, les participants rappelaient que le candidat Mélenchon était passé à 600 000 voix du second tour en 2017.

Faire éclore des groupes d'action populaire dans tout le département

Aussi ils entendaient aller chercher ces voix en faisant éclore des groupes d'action populaire dans tout le département au plus près des gens.

Jean-Luc Mélenchon a déjà présenté quelques unes de ses idées, à moins de trois mois de la présidentielle. S’il était élu président, l’une des premières décisions concrètes du candidat de la France Insoumise, serait de "faire une loi d’urgence sociale". Pour cela, il propose de bloquer les prix, d’augmenter le Smic et les minima sociaux "parce que les gens sont étranglés en ce moment". Si Jean-Luc Mélenchon devait proposer une réforme de grande ampleur, il avancerait "le changement de Constitution pour donner plus de pouvoir aux citoyens (…) et le droit de révoquer les élus"

"Je veux arrêter cette spirale de la maltraitance sociale"

Pour redonner du pouvoir d’achat aux Français, leur préoccupation principale, le candidat LFI bloquerait d’abord les prix, augmenterait les salaires, et renforcerait le service public. "Je veux arrêter cette spirale de la maltraitance sociale", a-t-il clamé. Il affirme également la nécessité de sortir du nucléaire, parce que "c’est dangereux et qu’on a les moyens de faire autrement". Enfin, s’il devait choisir une personnalité publique pour entrer dans son gouvernement, ce serait le spationaute Thomas Pesquet, "certainement un des Français qui est le plus conscient qu’il n’y a qu’un seul écosystème et un peuple humain"

Une instance départementale de coordination des groupes d'action est née, composée d’au moins 17 membres ainsi que la désignation de 7 co-secrétaires. 

Un meeting départemental sera organisé en Haute-Loire début mars avec 1 ou 2 intervenants du Parlement de l'Union Populaire
National.
 

Vous aimerez aussi