Des enseignants prêts à faire la grève de la faim pour la régularisation d'un jeune migrant

mer 27/01/2021 - 20:00 , Mise à jour le 27/01/2021 à 20:00

Ce mercredi 27 janvier, le syndicat Sud Éducation 43 tire la sonnette d’alarme concernant la situation d’un jeune migrant originaire du Mali pour qui l’avenir est compromis.

Un jeune migrant, placé en famille d’accueil depuis maintenant deux ans, risque de se retrouver dans une situation irrégulière d’ici peu. En effet, une demande de carte de séjour a été déposée le 2 janvier 2020 à la préfecture mais cette dernière n’a toujours pas donné suite à cette demande. Entre temps, il a débuté une scolarité et a obtenu une promesse d’apprentissage depuis le mois de juin 2020. Cependant, cette promesse risque de lui être retirée dès cette semaine faute de régularisation accordée. Véronique de Marconnay et Éric Durupt, délégués syndicaux à Sud Education 43, accueillent ce jeune migrant et se disent prêt à « entamer une grève de la faim afin de faire pression sur les autorités d'État. »

« Nous espérons que le fait de faire connaître ce cas permettra à ce jeune et à d'autres migrants comme lui, d'obtenir le droit de travailler et de vivre en France dans la dignité. » Véronique de Marconnay et Éric Durupt

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

4 commentaires

lo

mar 02/02/2021 - 07:53

Une chose m'échappe : comment et par quel tour de passe-passe depuis deux ans, un migrant clandestin peut-il être scolarisé en toute "l'égalité" et ce, au vu et au su des autorités altiligèriennes, alors que depuis le 02/01/2020 une demande de carte de sejour a été demandée pour le "regulariser" ???
Merci aux "âmes charitables" qui le soutiennent de bien vouloir expliquer cet "élan de solidarité" qui serait AUSDI le bienvenu pour certains auvergnats dans le besoin...

sa

sam 30/01/2021 - 16:28

En 39-45 combien de jeunes français se sont engagés ? Bien peu! Quel cynisme de conseiller à un jeune de rentrer dans son pays où sévit la guerre pour aller lutter contre des terroristes! Quel rapport avec la nécessité de soutenir les policiers ou les pompiers ? Aucun... sinon les préjugés racistes habituels de ceux qui n'auraient sûrement pas fui notre pays en 1940.

lo

jeu 28/01/2021 - 12:44

Ils sont moins réactifs pour manifester leur mécontentement pour soutenir les forces de l'ordre et autres pompiers attaqués... Quand au jeune malien il serait beaucoup plus utile dans son pays pour participer au combat contre les terroristes alors que nos militaires se font massacrer à sa place..Pffffff...

mi

jeu 28/01/2021 - 09:57

Hélas la France accueille des Maliens pour les instruire et pendant ce temps nos militaires Français se font tuer au Mali!, pourquoi ces jeunes Maliens ne restent pas dans leur pays pour défendre leur peuple. Pendant 39-45 en France combien de jeunes de cet âge se sont engagés, sacrifiés pour chasser l'occupant, alors qu'ils en prennent exemple et que ceux qui les accueillent aussi!.