Des camions et du matériel de pompiers en vente aux enchères

lun 09/05/2016 - 13:45 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:41

Ils ont été utilisés pour porter secours et peuvent désormais servir à une toute autre activité. C'est le principe de cette vente aux enchères, qui débute ce  ce mardi 10 mai et qui prendra fin le mardi 24 mai. Vous avez la possibilité de retrouver le détail de la douzaine de produits proposés directement sur le site web dédié.
Le SDIS 43, qui compte près de 400 engins à son actif, met évidemment en vente des camions et des ambulances mais également du matériel divers comme une tronçonneuse, une disqueuse ou un nettoyeur haute pression. Dans le détail, on retrouve précisément quatre véhicules de secours, deux voitures, un utilitaire et un poids lourd. 

Un véhicule de 33 ans
Réformés, mais dans quel état ? Déjà, tout le matériel a été entretenu en permanence. Ces voitures, fourgons et camions ont entamé leur vie dans les grands centres de secours du département avant d'être transférés, petit à petit, vers des casernes un peu moins importantes et où les interventions sont moins fréquentes.
Le véhicule le plus ancien a tout de même été mis en circulation en mai 1983, il y a 33 ans ! Mais il ne compte "que" 102 000 kilomètres. Le site présente des photos, donne les descriptions et permet de visualiser les documents administratifs (carte grise, contrôle technique). Les défauts des véhicules ne sont pas cachés (par exemple, "corrosion plancher" ou "défaut d'étanchéité de la boîte").

Les enchères risquent de s’envoler au dernier moment
Chaque enchère doit augmenter la valeur précédente de 5 %. Il faut avoir créé un compte sur le site web dédié pour y participer. On peut ensuite soit enchérir manuellement, soit avec l'enchère automatique, qui permet de fixer un montant maximum d’enchère sur un produit.
Si un autre utilisateur enchérit sur ce même produit, vous surenchérissez automatiquement du minimum d’augmentation. L’enchère automatique se déclenche jusqu'au montant maximum que vous avez fixé. Attention, les enchères risquent de s’envoler au dernier moment. 

Des bricoleurs, des pays pauvres et des musées
Quant aux personnes qui participent à ces enchères, on retrouve principalement des bricoleurs qui souhaitent s'équiper de véhicule pouvant transporter du matériel volumineux. On relève aussi une importante part de véhicules qui partent en direction de pays plus pauvres, où l'on ne doute pas qu'ils auront une seconde vie. Enfin, on recense des collectionneurs et même des musées lorsqu’il s’agit de pièces rares.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire