Des bénévoles au chevet des feux mal réglés

mer 23/11/2016 - 13:24 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:44

L’opération réglage des feux est de retour ces mercredi et jeudi 23 et 24 novembre sur la place du Breuil. De 8h30 à 12 heures puis de 13h30 à 18 heures, les bénévoles avec le garage des Pandraux s'occupent des feux des voitures, tout cela gratuitement pour le plus grand plaisir les automobilistes. L'initiative de Groupama et de ses partenaires (la Ville du Puy-en-Velay, l'association de Prévention Routière, Côté Route AYME et le garage des Pandraux) remporte toujours un vif succès.
Un début en douceur
Les voitures sont arrivées petit à petit ce mercredi matin. « On a eu 45 voitures », confie Claude Cubizolle, président de Groupama le Puy, à 11 heures alors qu’une demi-douzaine de véhicules arrivent. L’opération débute doucement. « Peut-être à cause du temps », explique le président de Groupama au Puy-en-Velay. Il est vrai que malgré les pluies diluviennes de ces derniers jours, les températures restent supérieures aux normales de saison. Le pics de fréquentation de l'opération sont annoncés à l'ouverture et en début d'après-midi.
Pour contrôler ou pour un réel problème
Gabriel venait faire régler ses feux à l’époque où les gendarmes étaient en charge de l’opération, donc il y a plus de 10 ans. « J’ai appris que ça se passait aujourd‘hui alors je suis venu voir. » A l’inverse, de nombreux participants sont des habitués. En première ligne, les sapeurs-pompiers qui amènent leur véhicule. « J’ai vu que ça n’éclairait pas ce qu’il fallait », explique Laurent, un Saint-germinois de 53 ans. Pas manqué. Les feux étaient trop bas. En quelques minutes, le problème est réglé. « J’étais venu il y a 3 ans, mais j’ai changé de véhicule il y a peu de temps. Celle-ci est presque neuve. »
----Appel à de futurs bénévoles
Les organisateurs ne seraient pas contre un peu d'aide. Si vous être motivés pour donner un coup de main, n'hésitez pas à aller à leur rencontre, place du Breuil.-----Haro sur les voitures neuves
« Sur certaines marques, les réglages sont plus compliqués », constatent les bénévoles. Les mécanos passent entre 5 et 30 minutes par voiture. Et sur certain, il n’y a rien a faire soi parque les feux sont bien réglés, soit parce qu’ils sont impossibles à régler. « Des fois, c’est grippé et il faut aller dans un garage. On en a eu 5 ce matin dans ce cas. » Heureusement, dans la plupart des cas, les bénévoles arrivent sans souci à leur fin. Mais ils ont fait un constat : « De plus en plus de voitures neuves ne sont pas réglées comme il faut. Ils regardent ça trop rapidement avant de vendre les véhicules ! ».
Tester pour patienter
En attendant que les bénévoles et leurs doigts de fée se soient occupés de leurs feux, les propriétaires sont invités à prendre une boisson chaude ou à essayer les voitures sans permis. Les organisateurs ont fait appel à des professionnels des voitures sans permis pour proposer au public -notamment les ados qui hésitent entre cette option ou celle du scooter- la possibilité de procéder à un baptême quatre-roues, à bord d'une de ces « voitures de course », ont plaisanté les bénévoles de la manifestation. Cédric Souvignet (Saint-Just Malmont), un professionnel de l'aménagement de commande de véhicule pour personnes handicapées était également sur place pour faire la démonstration des aménagements.
Des véhicules que l'on peut conduire dès 14 ans muni du permis AM (évolution du BSR). Nous avons pu monter à bord de l'un d'entre eux, équipé de doubles commandes, et en tester le pilotage, épaulés par un des moniteurs dépêchés par les trois auto-écoles participant à cette opération. Une précaution peut-être pas superflue car la perception de la route n'est plus la même dans un habitacle et le comportement de tout un chacun peut alors se modifier, notamment à l'encontre des deux-roues...

J.J. et E.J.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire