Derniers jours pour sauver l'Atelier du poisson soluble

ven 09/12/2016 - 17:16 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:44

L’atelier du poisson soluble est une maison d’édition jeunesse indépendante qui existe depuis 27 ans. Installé au Puy-en-Velay depuis 11 ans, il écoule 30 000 volumes chaque année. Au 35 boulevard Carnot, les clients peuvent trouver plus de 200 titres au catalogue.

10% à l'export
Les livres de l'Atelier du Poisson soluble sont diffusés dans un réseau d'environ 2 000 librairies en France et à l'étranger. Certains titres sont traduits en Chine, Corée, Australie, au Mexique, Brésil, Espagne, Italie… Avec environ 10% de chiffre d’affaires à l’exportation, l’atelier du poisson soluble c’est "peut-être l’entreprise du Puy-en-Velay qui travaille avec le plus de pays dans le monde", estime Olivier Belhomme, l'un de ses responsable.

Un projet de lycéens
Spécialisé dans les ouvrages pour enfants, l'Atelier du Poisson soluble privilégie ce qui ne se fait pas ailleurs. L'idée a germé en 1989 dans la tête de Stéphane Queyriaux et Olivier Belhomme. Alors qu'ils sont encore au lycée, ils créent les Ateliers du Poisson soluble et publient leur premier ouvrage « Le conte à la confiture ».
Au fil des années, l’équipe s’est enrichie d’autres savoir-faire : une assistante d’édition, une responsable des droits étrangers, une chargée de la diffusion au niveau national, une chargée de la distribution, une apprentie... Mais aujourd'hui, l'équipe est constituée de cinq personnes.

Sa liberté de création primée
En 2011, l'Atelier du Poisson soluble avait obtenu le prix de l'Auvergnat de l'année de la Région Auvergne et de la Jeune Chambre Economique pour "sa liberté de création, son soutien à des projets atypiques, avec une originalité graphique, des histoires décalées et des thématiques rarement abordées". Dans le cadre de sa politique culturelle d’aide à la création et à la diffusion, la Région Auvergne avait apporté son soutien à plusieurs occasions à la maison d’édition pour la publication d’ouvrages (76 000 € depuis 2004).
En 2010, l'Atelier du Poisson soluble avait également été primé par la Chambre de commerce et d'industrie du Puy/Yssingeaux, recevant le trophée Coup de Cœur.

----A quoi va servir l'argent récolté ?
A apaiser l'impatience de la banque (23 000 euros)
A "ne pas abuser plus longtemps de la patience" des fournisseurs (13 000 euros)
A repartir sur des bases saines (12 000 euros)
Soit 48 000 euros nécessaires.-----Un livre en chasse un autre
Cependant, avec 12 000 nouveautés en jeunesse cette année, contre 6 à 8000 il y a encore deux ans, l’atelier du poisson soluble rencontre de sérieuses difficultés. "L’espérance de vie des livres s’est brutalement réduite", explique Olivier Belhomme qui illustre : les titres, s'ils ne connaissent pas un succès rapide et immédiat  - mais bien souvent éphémère - sont condamnés à une vie de plus en plus courte". Si ce phénomène est connu et observé depuis longtemps, il s'est brutalement accéléré ces dernières années et plus encore ces derniers mois. "Cette mauvaise conjoncture est encore accentuée par une baisse des budgets d'acquisition des bibliothèques et des aides publiques, par une fragilité de bien des librairies", poursuit l'éditeur qui constate avec dépit que sa marge de manœuvre s'est soudainement rétrécie. Aussi, l'entreprise a dû se résoudre à lancer un appel à financement participatif.
Ce lundi matin, près de 18 000 euros ont été atteints, soit 77% du premier objectif à court terme de 23 euros, sur un total de 48 000 euros nécessaires pour sauver l'entreprise.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire