Demeures historiques du Velay : une autre façon de visiter

mer 11/08/2021 - 18:00 , Mise à jour le 11/08/2021 à 18:00

La maison forte de Volhac, tout près du Puy fait partie des demeures historiques qui ouvre ses portes et on ne le sait pas assez. Aux portes du Puy, sa visite ne laissera pas indifférent. Il faut faire l’effort de réserver avant de passer, par politesse, comme on le faisait encore au 20ème siècle et alors, les propriétaires Anne et Jean Muller sauront vous y accueillir pour une visite personnalisée et unique comme dans la plupart des quinze autres maisons qui participent à l’opération « Passeport des demeures historiques ».

C’est la deuxième année que l'association des propriétaires de château met en place une opération pour permettre au grand public, de découvrir ces maisons historiques peu connues pour des visites qui tiennent plus de la rencontre. Ce sont, en effet, dans la majorité des cas les propriétaires passionnés d’histoire, de patrimoine et surtout par leur maison qu'ils souhaitent faire connaitre sans les dévoyer en lieu touristique.

C’est le cas à la maison forte de Volhac, située presque aux portes du Puy. Après avoir traversé un lotissement hideux, on tombe sur un parc au fond duquel se tient une belle maison  médiévale. La demeure, très atypique, y est installée depuis plus de 1000 ans. Bien qu’ayant évoluée au fil des années par la volonté des propriétaires successifs, elle a conservé, dans son architecture, l’essentiel de ses fonctions militaires et utilitaires d’origine.

Volhac ou la mémoire du temps

C’est Anne et Jean Muller qui vous y recevront en personnes. Ils ont cette maison dans le sang depuis un peu plus de 35 ans qu’ils en sont propriétaires. Plus que la maison elle-même, ils en connaissent la grande et la petite histoire et étendent encore leurs connaissances.

La maison compte 4 échaugettes Photo par Thierry Chabanon

La maison dit jean Muller est évoquée une première fois dès la fin du Xème siècle, en 1096 quand elle est vendue afin de financer un membre de la famille de Polignac (Héracle II de Polignac) en vue de son départ pour la première croisade. A cette époque la propriété est immense, elle est constituée d’une demeure militaire qui garde un passage sur la Loire et surtout d’un foncier de plusieurs dizaines d’hectares de terres alluvionnaires riches et de vignes destinées à la fabrication du vin réparties sur les coteaux de Volhac. Ce sont elles qui vont surtout intéresser les moines de l’abbaye Saint-Chaffre du Monastier (les terres, pas les vignes bien que les hommes d’églises en soient, disait-on, friands) qui vont plutôt en utiliser la partie agricole.

Plus tard, la maison sera brulée au titre du symbole qu’elle a représenté dans la résistance des ligueurs au nouveau roi Henry IV. Remontée, elle deviendra bientôt une demeure d’agrément pour un bourgeois premier consul du Puy qui en fera une villégiature en améliorant son confort et ouvrant des fenêtres à la mode, tout en conservant et restaurant ses dispositifs militaires que sont ses quatre échauguettes et une bretèche qui lui donne son allure polygonale, encore austère aujourd'hui.

Vue aérienne de Volhac

Si vous êtes passionné d’histoire, Jean Muller vous racontera peut-être encore que Jules César évoque  Volhac dans son « De bello gallico » qu'il traverse au cours de son trajet vers Gergovie mais il faudra le lire en latin pour s’en assurer.
Si par contre l’histoire ancienne ne vous parle pas, il vous livrera alors l’histoire de ce vieux monsieur, visiteur impromptu d’une fin de journée d’été, qui y fut, alors enfant, un pensionnaire de la colonie de vacances organisée dans la maison, au cœur des années 30 et qui retrouva durant la visite un graffiti qu’il y avait dessiné sur une tapisserie.

Volhac est en face du chateau de Bouzols Photo par Thierry Chabanon

C’est dans le cadre d’œuvres sociales d’une très traditionaliste nièce du comte Henri d’Orléans qu’ont été organisées ces colonies de vacances pour les enfants déshéritées des mines du Nord ou des filatures lyonnaises. La Haute-Loire est réputée alors pour son air et ses eaux de qualité. Une affiche découverte et offerte par Bernard Sahy, ancien propriétaire du château de saint-Vidal en atteste et est exposée sur un des murs de la maison.

Vous y découvrirez, peut-être aussi, le départ d’un étrange passage souterrain qui a été refermé aux temps de ces mêmes colonies.
Bref, cette maison a une âme que les propriétaires actuels se feront un plaisir de vous faire partager. Mais la maison a aussi un cœur qui bat pour le présent et pour le futur.

L'étrange souterrain de Volhac Photo par Thierry Chabanon

Une maison ouverte sur l’avenir et la culture

On peut donc visiter la maison pour y découvrir son architecture très particulière mais on peut venir à Volhac pour des activités culturelles diverses ou pour y passer la nuit.

Contact

Anne et Jean Muller Maison forte de Volhac

04 71 08 89 18

06 62 45 11 01

Volhac.com

contact@volhac.com

Plusieurs manifestations sont organisées chaque année autour de la musique et de la peinture et bientôt autour d’un parcours botanique sur le thème des rives de la Loire qu’on entend coulée 7 mètres plus bas le long de l’imposant mur de soutènement de la terrasse.
La maison est en quelques sortes ouverte sur le monde, tout en étant réservée à une élite, non pas financière, culturelle ou sociale mais de curieux et d’amoureux de belles pierres.
La visite n’y est pas chère (7 euros) et les possibilités immenses, puisqu’on peut même  passer la nuit dans une des deux chambres d’hôtes, dont la décoration est assez loin du standard des chaînes d’hôtellerie contemporaines. On peut manger dans l’une des anciennes cuisines qui ouvre sur le jardin par une grande ouverture percée au 16ème siècle et y expérimenter la vie d'un gentilhomme balzacien en villégiature.

Les amateurs de scénographie et de spectaculaire risquent, quant à eux, de ne pas y trouver leur compte mais qui sait, ils pourront au moins s’y faire une idée de ce qu’était la visite des maisons médiévales au XXème siècle. 

Les autres châteaux privés qui ouvrent leurs portes

Carte des châteaux privés ouverts à la visite Photo par Demeures historiques

Quant aux autres maisons, il en coûte seulement 3€ à Coubon, rien ou presque à Arlempdes , à Beaufort ou à La Beaume, mais il faut appeler avant et prendre rendez-vous. On y toujours bien reçu, non parce que c’est une des traditions du Velay, mais car c’en est une chez les propriétaires de ces demeures anciennes... pour peu qu’on y arrive avec l’esprit ouvert et curieux.

Coup de cœur pour le château de la Beaume dans les gorges du Haut-Allier

Mention toute particulière pour le château de La Beaume, à Alleyras en surplomb de l’Allier à nouveau naturelle depuis que les travaux de réduction du barrage de Poutès reconstruit à ses pieds ont rendu la rivière à son cours d’avant car la visite y est sans prix fixe. On laisse ce qu’on veut .

Le chateau de la Beaume vu du côté Poutès

 

- Château de Bouzols,

- Le Château de la Rochelambert,

- Château d'Arlempdes,

- Château de Beaufort,

- Château de Bosbomparent,

- Château de Coubon,

- Château d'Esplantas,

- Château de la Baume,

- Château de Lavoûte Polignac,

- Château de Lespinasse,

- Château du Thiolent,

- Château de Volhac.

Télécharger le dépliant

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés