'Demander le report de la réouverture des écoles serait une solution de facilité'

lun 04/05/2020 - 18:02 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:04

"Je ne souscris pas au groupe des 329 maires d'Île-de-France qui ont demandé lé report", répond Jean Proriol, contacté par téléphone ce lundi après-midi, "car nous nous sommes déjà engagés dans la procédure d'ouvrir l'école".
Pour le Président de l'Association des Maires de France (AMF) de Haute-Loire, "la solution de facilité pour un maire serait de reporter le problème à plus tard pour voir si à terme des solutions émergent d'en haut ou d'en bas".

Pourqui plus de 300 élus Franciliens demandent ce report ?
Dénonçant "un calendrier à marche forcée", les élus qui demandent un report de la reprise scolaire pointent du doigt "un désengagement de l'État inimaginable" car cette décision fait reposer sur les maires toute la responsabilité juridique, politique et morale, au point de pouvoir mettre en cause leur responsabilité pénale en cas de contamination de personnels ou d'enfants.
Les édiles signataires réclament "des moyens financiers suffisants" pour l'accueil périscolaire dans le strict respect du protocole sanitaire qui induit forcément un coût et une mobilisation de personnel supplémentaires. 

Environ 50 % de participation escomptée, maintien du ramassage scolaire et cantine en classe
En Haute-Loire, "ça va être très difficile", reconnaît Jean Proriol, "mais on a déjà beaucoup travaillé sur ce sujet". A Beauzac, commune qu'il administre, des discussions ont été engagées avec les directeurs d'école, avec les enseignants et avec les parents d'élèves, "dont certains vont exercer la liberté de rétention en gardant leurs enfants à domicile", souligne-t-il, alors qu'il table sur environ 50 % de participation.
"Nous maintenons le ramassage scolaire", ajoute-t-il, "et nous organisons le déjeuner de midi sur le lieu de classe, comme recommandé dans le rapport qui nous a été transmis, car la cantine n'est pas suffisamment vaste pour absorber l'ensemble des enfants tout en respectant les règles d'éloignement".

"Si on est placé en rouge, ce sera un obstacle très difficile à franchir pour la réouverture des écoles"
Parmi les craintes évoquées par les élus demandant le report, il y a celle de la carte du déconfinement, dont on devrait connaître la dernière bouture le 7 mai prochain. "Nous plaidons tous pour que la Haute-Loire retrouve la place verte dans la carte plutôt que de subir une nouvelle couleur qui doit disparaître dans deux jours si j'ai bien compris", lance l'ancien député, "mais si on est placé en rouge, ce sera un obstacle très difficile à franchir dans la perspective d'une réouverture des écoles".

"On n'a aucune idée du coût pour la municipalité"
Quant à la question financière, Jean Proriol ne peut l'exclure mais il ne dispose pas d'éléments précis. "Oui, c'est coûteux, bien sûr", rétorque-t-il, "comme tout ce que nous faisons et que nous improvisons lorsqu'on n'a pas calculé le financement et qu'on n'a même pas de calcul prévisionnel de prix de revient".
Mais le Président de l'Association des Maires de France (AMF) de Haute-Loire tempère : "mais je crois que l'éducation et l'enseignement primaire, qui est fondamental, méritent que l'on tente l'opération sans plus tarder, bien qu'effectivement, ça n'a pas été budgétisé et qu'on n'a aucune idée du coût pour la municipalité".

"Il ne s'agit pas de rendre le maire responsable de tout dans cette opération"
Reste enfin la question de la reponsabilité pénale du maire, qui pourrait en refroidir plus d'un. "C'est un problème grave pour tous les maires", estime-t-il, même si l'AMF a soulevé le problème à l'échelle nationale : François Baroin s'en est entretenu avec le Gouvernement.
"Il ne s'agit pas de rendre le maire responsable de tout dans cette opération, surtout qu'il est fortement incité à tendre vers une réouverture et à travailler de concert avec les écoles afin d'avancer vers une solution pratique", conclut Jean Proriol.

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire