Tous

Polignac

Début 2016 : + 44 % d'abandons de chiens à la SPA de Polignac

ven 29/07/2016 - 19:11 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

Habituellement, les abandons d’animaux connaissent une recrudescence à l’approche de l’été. En 2016, ce n’est pas le cas, il y en a même moins cet été. Toutefois, il n'y a pas de quoi fanfaronner. « Il y en a beaucoup toute l’année », annonce tristement Christophe Fayard, responsable du refuge de la SPA (Société protectrice des animaux) de Polignac. Depuis janvier 2016, il y en a déjà eu 39 canins, soit 12 de plus par rapport à l’an dernier.
----Dans la nature
Les chats sont très peu abandonnés auprès de la SPA. "Ils sont lâchés dans la nature." La SPA stérilise ensuite les félins sauvages dans les communes adhérantes, en fonction du budget de chacune.-----100 € l'abandon
Depuis que le refuge s’est équipé d’un système de vidéosurveillance, les salariés et bénévoles ne trouvent plus d’animaux attachés à leur portail, ou dans leurs poubelles. « Maintenant, la nouvelle mode c’est ‘j’ai trouvé cet animal’ », dénonce le responsable. Dans ce type de situation, la SPA se renseigne automatiquement auprès de la mairie pour savoir si la personne en question a des animaux… Dans la majorité des cas, les salariés et bénévoles arrivent à prouver qu'il s'agit d'un abandon. « Cela coûte 100 €. Il est normal que les anciens propriétaires participent. »
Une fois au refuge, l'animal est "réhabilité", c'est-à-dire qu'il est à nouveau vermifugé, vacciné et qu'un travail de re-sociabilisation est entrepris si c'est nécessaire. Une fois ces étapes passées, il est mis à l'adoption pour lui trouver de nouveaux maîtres. Récemment cinq chiots ont été récupérés à Vorey, ils devraient rejoindre leurs nouvelles familles sans tarder.
"Il n’y a pas un jour sans que j’ai un cas de maltraitance."
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les affaires Diabolo ou Grâce ne favorisent pas les adoptions des animaux en fourrière. « Par contre, on reçoit plus de dons. Les gens sont sensibles à la cause », se souvient Christophe Fayard.
----Décès
Certains abandons sont dûs à des décès. "Les familles ne prennent pas toujours le relais, ils nous amènent."-----La maltraitance animale ne fait pas la Une des médias tous les jours, pourtant c’est un mal que la SPA constate plus que régulièrement. « Il n’y a pas un jour sans que j’ai un cas de maltraitance. Pas un jour ! », s’agace Christophe Fayard. Certains abandons sont classés comme des cas de maltraitance : « Souvent, on récupère des chiens attachés dans les bois, seuls. Le dernier en date, c’était à Cayres. La pauvre toutoune n’allait pas bien du tout, on a été obligé de l’euthanasier quelques jours après. »
Pas d'euthanasie
Depuis son arrivée il y a cinq ans, Christophe Fayard interdit les euthanasies sauf si l’animal est beaucoup trop agressif ou s’il est gravement malade. « On n’a pas de raison de les piquer à part dans ces cas. On les laisse en vie…mais ce n’est pas une vie pour eux d’être ici. » Cependant, chaque refuge fonctionne comme il veut sur ce point.

Heureusement, il n'y a pas que de mauvaises nouvelles : depuis un an et demi, le nombre d’adoptions a augmenté (Il y en avait déjà eu 123 en 2015). « Je pense que c’est grâce à notre président Gaêtan Plô, c’est un très bon gestionnaire et toute notre équipe fonctionne très bien », résume le responsable de la SPA de Polignac.

Emma Jouve

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire