De la jeunesse pour faire vivre l'Occitan

sam 23/01/2016 - 16:02 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:38

Dans la salle polyvalente de Polignac, seule la voix d’Hervé Quesnel, linguiste, se fait entendre. Les enfants réfléchissent en se grattant la tête et parfois même…ils regardent que font leurs voisins. Cela n’a rien de très différent d’une dictée classique, pourtant, ce samedi 23 janvier, c’est en occitan qu’il a fallu écrire.
Des jeunes motivés
La dictée a lieu tous les ans dans une trentaine de départements. « On veut sensibiliser le plus de gens possible », explique Andrée Elis, secrétaire de l’Institut d’études occitanes. Ce dernier est organisateur de l’événement avec la Calandreta Velava, la mairie de Polignac et le CDMDT43 (Centre départemental de musiques et danses traditionnelles). Les élèves de l’école Calandreta du Puy-en-Velay sont venus participer. « C’est l’originalité de notre dictée : à Polignac nous avons des enfants. » Et ils sont même plus nombreux que les adultes. Après l’exercice, Anthonia 10 ans et son frère Arsène 7 ans sont satisfaits : « On l’avait préparé. On a des livres pour ça ! ». La jeune demoiselle enchaîne avec la dictée adulte sans aucun souci. Leur maman s’y est mis, elle aussi. « On apprend vite avec les cours du soir de l’école. » Des prix attendaient les gagnants : jouets, DVD ou en encore livres (en occitan bien sûr).
En quête de popularité
Dans ses heures de gloire comme en 1998, date de la toute première Dictée occitane, l’événement attirait jusqu’à 400 personnes. « Il y avait un effet d’annonce, mais la salle Jeanne d’Arc était pleine », se souviennent certains. Avec la jeunesse, les organisateurs espèrent voir l'occitan se populariser. Ce samedi, une trentaine de personnes y ont participé dans la bonne humeur. D'autre se sont retrouvées à Langeac. La semaine prochaine, ce sera au tour de Venteuges et, peut-être, de Saint-Pal-de-Mons.

A.V. et E.J.

Résultats de la dictée adulte :
1) Jean Cottier
2) Virginie Durantet
3) Marie-Thérèse Sanouillet

Résultat de la dictée enfant:
1) Aimée,8 ans
2) Siah, 7 ans
3) Antonia, 11 ans

Le texte :
-Doas dindas trufadas, Garrigon !
-Òc-ben, reverent, doas dindas coma se pòt pas creire ! Clafidas de trufas. Vos en pòde parlar de biais perçò que, ièu, èi ajudat los coisinièrs quand las an farcidas. N-òm auriá dit que la pèl, en se rostir, anava petar de tant que s'èra estirada !
- Jesús-Maria ! E ièu que sèi tan lecarèl ! Fai me passar mon sobrepeliç. E embé las dindas, de qu'as mais vist a la coisina?
- Ò ! Bien d'autras veaas encara… Figuratz vos que, dempuèis meijorn, arrestem pas de plomar de faisans, de polas e de jalhs de bòsc. Las plomas volavan d'as pertot… E puèis mais, dempuèis lo pescièr avem aduèit d'angulhas, de carpas dauradas, de troitas, de…
- Ò ! Bòn Dièu, Senta Vièrja ! Me sembla de las veire… Mas quò's pas tot. Dija me, as pas eissublat aumins de versar lo vin dins las buretas?
- Ò, que de non, Reverent, aquò's fat ! Mas vos chal ben dire, quò vaudrá jamais lo vin que podrètz beure, tot-ara, elh sortir de la messa de meianuèit ! Si podriatz veire, la vaissèla d'argent, las flors, los candelabres… Jamais de la vida se será vist un resvelhon parièr ! Monsur lo marqués a convidat totes los senhors delh país. Vos anatz trobar benlèu una quarantèna elh torn de la taula, sans comptar lo baile e lo notari…
- Anem, anem mon efant, nos chal bien aparar delh pechatàs de gromanditge, sobretot en la santa Nuèit de la Nativitat. Vai te'n bien viste atubar los cièrges e aprestar la messa perçò que, bien lèu sonará meianuèit e nos chaudriá pas ren endarreirar !
Tot aquò se passava delh temps de Chalendas. Adóncas, lo reverent solaçava amb son clerjon, lo Garrigon, o pus lèu amb aquelh que se fasiá apelar Garrigon. Perçò que, escoutatz bien, lo Diable aquesta nuèit de Chalendas, s'èra escondut darrièrs la mina espompida e los èrs einocents delh jòine clerjon. Tota aquela comèdia per mèlhs afinar lo brave monge per lo faire barrutlar dins lo viaus pechatàs de gromanditge. Nòstre Garrigon mensongièr fasiá carilhonar a plens braç las campanas de la gleiseta senhoriala, lo reverent finissiá de passar sa chasubla dins la sagrestia. E l'esme dejás revirada, en creire de veire passar davants sos uèlhs una genta taulada tan bien garnida, lo paure òme, en s'abilhar se disiá : " Mon Dièu ! De dindas rostidas… de carpas dauradas… de troitas gròssas que jamais de la vida !… " En defòra, l'aurassa de la nuèit que bofava mais que mais eschampilhava la musica de las campanas e, a chaa pauc, de fuoquets apareissi an sobre las pentas delh Puèi-Ventós d-ont se dreiçavan, açamont, las torres delh chastèl… Aqu'èran de grangièrs en familha que venian per ausir la messa. Chantavan a plen gausièr en gravar la còsta, per bandas de cinc o sèis. Quò burlava, quò bordeirava e pasmins tot aquelh brave monde avançava sans renar, bien content, pensatz veire ! Çò que lur bailava tant de vanç, aqu'èra l'idèia qu'elh sortir de la chapèla, z-èlos mais, serian convidats a s'assetar a la taula de fèsta, de bas, vas las coisinas. Coma totes los ans, podrian far resvelhon amb los boièrs e las sirventas de la maison. De còps que i a, dins la montada, fasian l'encòntre de vaslets que portavan de farassas davans lo carròça d'un senhor que sas vitras brilhavan a la lunèira. De còps, encara, una muòla que trotinejava, secodiá sas sonalhas e los grangièrs que reconeissian lo baile s'avançavan per lo venir saluar : " Bòn sera ! Bòn sera mèstre Arnaudon ! "
- " Bòn sera ! Bòn sera los efants ! "

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire