Dans la course à la qualité, le sperme auvergnat termine premier !

mer 19/03/2014 - 18:02 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:21

Les auvergnats et les hommes du Languedoc-Roussillon ont une semence de meilleure qualité que les autres français. Résultat d'une enquête menée sur plus de 26 000 hommes et mise en ligne fin février sur le site de la revue « Reproduction ».

L'Auvergne dans le top français
Dans cette enquête, il ressort que la concentration de spermatozoïdes présents dans le sperme des Français aurait diminué d'un tiers entre 1989 et 2005. L'institut national de veille sanitaire a planché sur le sujet au cours de l'an passé. Résultat : le déclin en terme de qualité touche tout le pays... mais certains territoires sont plus touchés que d'autres.
Chaque région a ses spécificités. Celles qui produisent du vin sont plus affectées par la baisse de la qualité du sperme. L’Aquitaine et les Midi-Pyrénées figurent dans le bas du tableau, « la faute aux pesticides ». C’est en Auvergne et dans le Languedoc-Roussillon que les chercheurs ont observé la meilleure progression.

Damien Dovy, gynécologue à la clinique « Bon Seccours » du Puy, livre son sentiment sur cette enquête ainsi que son analyse personnelle :

{{audio1}}

Pour lui il faut différencier deux facteurs qui influent sur la qualité du sperme, il revient aussi sur les risques pour la fécondité :

{{audio2}}

Un rapport inquiétant mais pas alarmant
Dans le rapport on peut voir que le nombre moyen de spermatozoïdes d’un homme de 35 ans était de 49,9 millions par millilitre (M/ml) de sperme en 2005, contre 73,6 M/ml en 1989. « Pour le moment, les concentrations spermatiques françaises restent en moyenne dans la norme fertile de l'Organisation Mondiale de la Santé (ndlr, supérieure à 15 millions/ml de sperme) », rassurent les auteurs de l’étude. Désormais, il faut « surveiller la qualité du sperme au niveau international maintenant que l'on a des données de sa dégradation en France ».

Damien Dovy s'exprime d'ailleurs à ce sujet :

{{audio3}}

Retrouvez les détails de l'enquête publiée sur le site du Monde.fr.

A.P.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire