Da Capo livre son « Paradise » en concert

Par Nicolas Defay ven 08/07/2022 - 11:30 , Mise à jour le 08/07/2022 à 11:30

Le quatuor s’apprête à enflammer les planches du Centre culturel saint-germinois le 13 juillet à 20h30. Les fines lames forgées à grand coup de cuivres, de grattes millimétrées et de tempos percussifs vont déverser en live les riffs déroutants de leur 7ème album : « Paradise ».

Da Capo est un terme musical qui signifie « Depuis le début ». Il indique aux musiciens de retourner au tout début de la partition. Da Capo, c’est aussi un groupe à quatre talents qui dure depuis près de 30 ans. Le genre de musicos qui font partie des pépites que la Haute-Loire possède précieusement.

Le 13 juillet à 20h30, dans l’amphithéâtre extérieur du Centre culturel de Saint-Germain-Laprade, Cédric Sabatier à la guitare, Alexandre Paugam au chant et piano, Hariz Greca pour la batterie et Jean-Noël Vuidart au sax présentent ainsi leur bien nommé septième album « Paradise ». Le dernier-né de la bande est sorti en 2021 chez Inouie Distribution. (Prix d'entrée : 8 euros)

Ce qui se cache sous ce nom paradisiaque ? Les ombres de Bowie ou des Beatles, des punchs jazzie et pop, des accords qui semblent parfois même accrocher ses notes dans des vallées de rocailles, écorchées, torturées et profondes.

Le titre Help Me :

"Le septième album de Da Capo se distingue par une luxuriance qui confère une intensité changeante à la pop mélancolique concocté par son leader (et auteur-compositeur), le trop méconnu Alexandre Paugam". Rock&Folk Mars 2021

« De Paradise émane une beauté troublée, récurrente, qui en fait un album majeur »

« Le pouvoir de Paradise réside là, dans son aptitude à faire voyager celui qui s’y tiendra », est-il écrit dans le site spécialisé Muzzart. Le média continue encore : « De Paradise émane une beauté troublée, récurrente, qui en fait un album majeur. L’opus est complet, captivant, et qualitativement irréprochable ».

  • Da Capo est un groupe de pop-rock crée par les frères Paugam en 1996.
  • En 1997, « Minor Swing » (1er album) sort chez Lithium/Labels. L’accueil de la presse spécialisée est excellent (Les Inrocks, Rock and Folk,etc)
  • Le groupe se produit dans de nombreux festivals et fait des premières parties de groupes anglais (Supergrass au Café de la Danse). Il se vend environ 7000 exemplaires de l’album dans le monde (Japon et France principalement).
  • En 2001, « The Fruit » (2ème album) sort chez Autruche records/Pop Lane.
  • En 2006, Da Capo enregistre un troisième album (« Third ») qui ne connaîtra pas de distribution (disponible sur Bandcamp).
  • En 2011, un label pop espagnol « Grabaciones en el mar » réédite l’album « Minor swing ». Dans la foulée, Da Capo se produit au festival Faraday (Barcelone) en juillet 2011.
  • Fort de cette activité retrouvée, le groupe enregistre un nouvel album (« Out of spain ») à l’automne 2011 et s’adjoint les services du talentueux Gilles Martin (« La mémoire neuve » de Dominique A, « Boire » de Miossec…)
  • En 2016, Da Capo enregistre son nouvel album. « Oh, my lady » sort le 03 mars 2017 chez Microcultures/Differ-ant.
  • L’accueil de la presse est excellent (Les Inrocks, Rock’and Folk, Magic….).Le groupe se produit sur France Inter le 28 mars 2017 (dans le NRV de Laurent Goumarre) et donne quelques beaux concerts en France (La Coopé, Le Fil, le Festival des Cuivres du Monastier……).
  • Da Capo enregistre de nouvelles chansons au printemps 2018.
  • L’album « By the river » sort le 1er février 2019 chez Autruche Records/Differ-ant.
  • Le 12 février 2021, c’est au tour du septième album « Paradise » chez Inouie Distribution d’étoffer la discographie du quatuor.

Il termine ainsi : « Après By the river, il y a tout juste deux ans (2019), Da Capo pose donc une pierre de plus, bien campée, sur un ouvrage musical sans cesse croissant et parfaitement cimenté ».

Le titre Lonely :

Depuis le début...

Da Capo. Depuis le début. C’est ça qu’il faut retenir. Car après s’être immergé dans cet univers complexe et fluide, éclectique et logique, tentée d’aube et de crépuscule de « Paradise ». Après s’être perdu dans le temps, les paupières fermées, glissant dans ce dédale de sensations chaudes et froides jusqu’à savourer la dernière goutte, une envie assaille alors les sens : réécouter...depuis le début.

Cédric Sabatier, Sylvain Haon, Hariz Greca et Alexandre Paugam Photo par Da Capo

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire