Culture : Puy de lumières à l’Hôtel-Dieu

ven 15/05/2015 - 17:51 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:34

La lumière est indispensable à la vision, et par conséquent, a une part importante du bien-être  et de la vie sociale, l’éclairage fait l’objet de nombreuses études, scientifiques, créatrices, industrielles… La lumière transporte l’énergie solaire jusqu’à la surface de la terre et maintient l’équilibre de l’environnement naturel. Elle a une forte valeur symbolique ; permettant de percevoir les objets avant de les toucher, elle s’associe, dans toutes les cultures humaines, à la connaissance (…) Ses symboles sont universels et se déclinent  à présent sous des formes multiples, dont le design s’est emparé.

Matière et lumière
C’est au cœur de la chapelle 19ème de l’Hôtel-Dieu que vous aurez loisir de découvrir  les œuvres du collectif de designers. L’exposition se parcourt rapidement, mais saisir l’essence et le message des travaux lumineux  demandera certainement plus de  temps.
Au programme, des thèmes comme l’amour ou encore le poids de l’Histoire, matérialisés dans diverses œuvres fonctionnelles ou inversement, volontairement abstraites. De la simple lampe aux objets miroitants, la galerie rappelle que sans lumière, la plus infime des vies n’existerait pas.

L’arbre qui parle
Orientée plutôt à destination d’un public adulte, une brève lecture du livre d’or révèle cependant que certaines œuvres n’ont pas laissé les plus jeunes insensibles, et notamment « l’arbre qui parle ». Baptisé Phonofolium, l’arbre qui parle est en réalité un arbuste qui réagit au contact humain par un son, un chant. Ce dernier est produit par l’aura électrique subtile et imperceptible dégagée par le corps humain, qui agit ici sur les ramures végétales.
Fruit du travail des artistes Grégory Lasserre & Anaïs met den Ancxt, l’œuvre s’inscrit dans la démarche artistique de l’hybridation entre le naturel et la technologie.

« En mêlant réalité et imaginaire, ils proposent une expérience sensorielle qui questionne nos relations énergétiques invisibles avec les êtres-vivants. En rendant audible ce qui échappe à notre perception, ils rappellent ici que notre environnement est fait non pas de choses inertes, mais vivantes, réactives à notre aura biologique. L’arbre signifie son existence par un cri, un chant, une vibration acoustique ».

>> Pour rappel
Pour l'inauguration de l’exposition, Laurent Wauquiez, député maire du Puy et Michel Joubert, président de la communauté d'agglomération, ont reçu le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau. Pour eux, ce n'est pas un hasard si la biennale fait escale dans la capitale altiligérienne : " C'est le lancement d'une véritable coopération. " Laurent Wauquiez y voit un rapprochement entre les deux villes : " C'est un premier pas qui vient d'être franchi pour renforcer l'amitié entre nos deux villes. Nous sommes aux portes de Saint-Etienne. Nous avons des liens étroits qui nous unissent. "
La coopération entre le Puy-en-Velay et Saint-Etienne pourra se poursuivre notamment dans les chantiers à venir :
- le Musée Crozatier du Puy et celui d'Art Moderne de Saint Etienne,
- les pôles gérontologiques de nos centres hospitaliers à coupler,
- l'enseignement supérieur avec la création de passerelles parce que beaucoup de jeunes Ponots font leurs études post-bacs au Puy mais aussi à Saint Etienne,
- le service TER Le Puy-Saint Etienne qui doit être amélioré...

P.F.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire