Crise agricole : après la pluie, le beau temps ?

lun 11/01/2016 - 11:21 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:38

Si chaque année comprend son lot de joie et de tristesses, pour le monde agricole, l'année 2015 aura été un bien mauvais cru. Entre la crise économique, climatique et sanitaire, les agriculteurs parviennent de moins en moins à tirer "un prix décent" de leur production.
L'épisode de la fièvre catarrhale ovine (lire) de cet automne a conduit les éleveurs du département à brader leur bétail, à tel poit que le veau est passé de 500 à 300 €. Le prix du lait ne remonte pas car beaucoup de pays produisent sans limite avec la fin des quotas. Pour le porc, son prix est à 1,10 € le kg, "soit presque 20 % en dessous des coûts de production", déplore Yannick Fialip, le Président de la FDSEA de Haute-Loire.

----15 % des aides de la PAC non touchées en Haute-Loire
Selon les syndicats FDSEA et JA 43, "10 à 15 % des aides de la PAC (ndlr : politique agricole commune) n'ont pas encore été touchées en Haute-Loire en 2015".-----Des exploitations en grande difficulté
D'après Yannick Fialip et Anthony Fayolle, Président des JA (Jeunes Agriculteurs) de Haute-Loire, 25 % des exploitations de Haute-Loire sont "en très grande difficulté" et il y a "une forte probabilité de cessation d'activité avant la fin de l'année 2016". Et pour les 75 % restants, ce n'est guère plus rose et "beaucoup se posent des questions, songent à se réorienter". Pour couronner le tout, "le gouvernement ne nous aide pas", déplorent les deux principaux syndicats en référence aux 600 millions d'euros promis cet été sur lesquels 300 millions ont été retirés (fonds de calamité agricole).
Une décison qui impacte le dossier sécheresse du département (lire), "avec des taux de perte divisés par deux et des zonages divisés par trois", accuse la FDSEA, "ça pourrait offrir 3 à 4 000 euros par agriculteur impacté donc ça change beaucoup de chose dans sa gestion du budget annuel, il peut investir pour survivre". La somme qui avait été demandée (et validée par les services locaux comme la Direction Départementale des Territoires ou la préfecture) était de 12 millions d'euros. Aux dernières nouvelles, 1,7 million d'euros seulement seraient accordés au département.

En 2016, des agriculteurs encore dans la rue ?
On a beaucoup entendu les agriculteurs lors de cette année 2015, la colère agricole a conduit à de multiples manifestations. Va-t-on autant vous entendre lors de cette année 2016 ?

Des raisons d'espérer pour 2016 ?
L'année 2015 se termine avec son lot de difficultés pour les agriculteurs, rythmé par de nombreuses manifestations. Comment se présente l'exercice 2016, quels sont les raisons d'espérer pour les agriculteurs de Haute-Loire ?

La volonté politique peut changer les choses ?
Il y a des facteurs qui impactent fortement les exploitations et sur lesquels les agriculteurs ne peuvent que subir, comme les conditions climatiques par exemple, mais il y a aussi des leviers qui peuvent être activés, en fonction des volontés politiques, sur lesquels les agriculteurs et leurs représentants ont la main non ?


Un drive fermier en Haute-Loire ?
Dernière chose, il serait peut être question de créer en 2016 un drive fermier en Haute-Loire ?


Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire