Couvre-feu à 18h : un bilan compliqué pour les ventes à emporter

Par Macéo Cartal mar 19/01/2021 - 17:00 , Mise à jour le 19/01/2021 à 17:00

La mise en place d’un couvre-feu général à 18h a bousculé pas mal d’habitudes, notamment chez les consommateurs de fast-food et de nourriture à emporter. Les restaurateurs proposant ce service tirent un premier bilan catastrophique de ce week-end placé sous le signe du couvre-feu.

Le monde de la restauration a la vie dure. Jusqu’à présent, et notamment au Puy-en-Velay où le couvre-feu n’était applicable qu’à partir de 20h, les fast-food et autres restaurants proposant la livraison et la vente à emporter pouvaient compter sur une clientèle toujours présente qui avait le plaisir de venir récupérer sa commande sur place et d’échanger quelques mots avec les patrons. L’entrée en vigueur du couvre-feu national à 18h ce samedi 16 janvier est venue chambouler les habitudes des clients mais aussi des gérants.

Les ventes à emporter réduites à néant

La première conséquence directe de cette nouvelle restriction est l’impact sur les ventes à emporter, qui sont alors devenues anecdotiques, voire inexistantes. « C’est plus de 75 % de commandes en moins par rapport à d’habitude », calcule Younès Essebah, gérant du tacos Father & Son en haut du Breuil.

« Samedi, en l’espace de six heures, je n’ai fait qu’une pizza à emporter, et aucune le dimanche », Alexandre Orbier, gérant de l’Impériale Pizza, boulevard Saint-Louis.

Cette baisse s’explique par l’horaire qu’impose ce nouveau couvre-feu. La street-food est généralement faite pour être mangée directement sur place ou bien dès la livraison, ces aliments ne sont pas faits pour être réchauffés et les clients n’ont pas l’habitude de prévoir à l’avance d’aller commander ces plats. Alexandre Orbier avance également que « le samedi, les gens font à manger et prévoient pour leur semaine ».

Les livraisons à domicile sauvent les meubles

Heureusement, ces restaurateurs ne sont pas sans armes. Les plateformes de livraison telles que Uber Eats (JustEat ne fait pas la livraison au Puy mais juste la prise de commande) permettent à ces établissements d’assurer une activité malgré les nouvelles restrictions sanitaires. Paradoxalement, alors qu’on attendrait logiquement que la clientèle jette son dévolu sur les plateformes de livraison, certains établissements enregistrent une baisse du nombre de commandes via ces plateformes, notamment au Father & Son. « Les gens sont peu ou mal informés, certains pensent que nous fermons complètement à partir de 18h alors que nous assurons toujours les livraisons à domicile », explique Younès Essebah. « J’ai un site de précommandes mais les gens n’ont pas encore pris l’habitude de passer par ce système », précise quant à lui Alexandre Orbier.

Impossible de dire, après un premier week-end, si les consommateurs vont changer leurs habitudes dans les prochains jours. Ce qui est sûr, c’est que ces restaurateurs vont devoir s’adapter.

De nouvelles stratégies

Pour palier ces nouvelles restrictions, ces restaurateurs trouvent de nouvelles solutions. Si l’heure de fin de commande reste inchangée (aux alentours de 22h et 22h30 selon les établissements), ces enseignes voient leurs horaires d’ouverture avancer d’une demi-heure au moins, afin de mieux anticiper les pics de commandes et d’élargir les plages horaires de la vente à emporter.

Alors qu’à l’Impériale Pizza, les huit salariés peuvent toujours assurer leurs postes, le Father & Son se voit obligé de fonctionner en effectifs réduits en adéquation avec la demande. « Ce week-end, on a enregistré une baisse allant de 60 à 70 % de notre chiffre d’affaires », insiste Younès Essebah.

Des pizzas en kit ?

A. Orbier, gérant de l'Impériale Pizza. Photo par Annabel Walker

Alexandre Orbier confie également qu’il réfléchit à la mise en place de nouvelles formules, comme par exemple une pizza en kit qui permettrait aux clients, en plus d’être ludique, de façonner eux-mêmes leurs pizzas à mettre au four avec les ingrédients livrés par l’Impériale Pizza. Mais là encore, tout ceci va se clarifier dans les jours à venir, le temps que les habitudes de chacun se mettent en place.

 

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire