Tous

Yssingeaux

Coup d'envoi des "Lectures en Scène" à Lapte

mar 23/07/2019 - 19:28 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:58

Le G.A.L. (Groupe d'Animation et de Loisirs de Lapte) leur a préparé une belle assiette de gourmandises sonores à déguster au clair de lune.

Des textes comme des pique-feux d'émotion Pour ce 22 ème Festival des Sept Lunes, l'on pourra se délecter, de Lapte, en passant par Grazac et Yssingeaux, du 30 juillet au 3 août, de bouquets de lectures à voix pour entendre ce que disent les mots et même ce qu'ils ne disent pas mais donnent subtilement à comprendre. Des textes qui seront vivifiés par des voix, et mille et uns univers sonores et visuels pour accommoder les mots et en faire des traces d'histoires, des révélateurs de beauté, des aiguillons d'imaginaire, mais aussi des éveilleurs de conscience ou des pique-feux d'émotion. 

Humour et nostalgie au coeur d'un récit d'enfance bourbonnaise Le coup d'envoi sera donné mardi 30 juillet à 16 h 30 à Lapte lors d'une déambulation au départ de la salle des Associations avec "Mon village" de la Compagnie EN LA. En costumes d'époque, les deux comédiens, Eveline Warzawski et Jean-Pierre Delplanche offriront des morceaux choisis de Philippe Valette mêlant lectures, théâtre, chansons. A travers un récit d'enfance bourbonnaise, ils témoigneront de la vie à la campagne en 1900. Ils évoqueront la première voiture sans chevaux mais aussi l'arracheur de dents avec humour et nostalgie. 

Une ode à l'humanité et un hymne à la vie A 21 heures au théâtre Gérard Defour, la Compagnie La Muse errante interprétera "Le Merle", l'histoire d'un linguiste retiré du monde qui se voit confier la mission de déchiffrer un message envoyé par des extra-terrestres projetant d'attaquer la Terre. Un récit absurde et fantasque, drôle et jubilatoire et une ode à la nature, à l'introspection et à l'humanité. Mercredi 31 à 18 heures à la Béate des Cayres à Yssingeaux, Limoilémo lira des extraits de Jean-Paul Didierlaurent dans "Le reste de leur vie". L'histoire d'Ambroise qui maquille les gens de jour comme de nuit jusqu'au paradis. Jusqu'à ce que Manelle, une jolie auxiliaire de vie, déroge aux règles de vie par des gestes d'affection, notamment pour le vieux Samuel, son patient favori. Un condensé d'amour et un hymne à la vie.

Danse et lectures en toute liberté A 21 heures, cette fois au Lieu-dit le Sauzet, toujours à Yssingeaux, Carole Gentil, de la Compagnie du Ruisseau, interprétera dans "Danser quand même", trois histoires courtes, drôles, émouvantes, et dansées, trois textes de Paul Fournel tirés des nouvelles "Les Grosses Rêveuses". C'est à l'école du Petit Suc à Verne que ceux qui ont un texte cher à partager ou qui voudront juste se faire auditeur pourront le faire en toute liberté jeudi 1er Août à 18 heures.

Musique de l'océan et restitution des stagiaires Au même endroit à 21 heures, la Cie Théâtre Musical Coulisses présentera "Novecento : pianiste". Né lors d'une traversée, le jeune homme, à 30 ans, n'a jamais mis le pied à terre. Naviguant sans répit, il passe sa vie à composer une musique étrange et magnifique grâce à son piano, et dont l'écho se répand dans tous les ports. Carole Gentil animera un stage de lecture à voix haute d'une durée de 24 heures durant tout le festival. Le tarif est de 180 euros. Et c'est à la mairie de Grazac vendredi 2 août à 18 heures que les stagiaires pourront restituer leurs lectures.

Bossa-nova, shadoks.. A 21 heures, toujours à la mairie, Coup d'Chapeau, composé d'Anne-Marie Mancels à la lecture et d'Antoine Gambino à la guitare et au chant, feront voyager les auditeurs à travers un récit céleste scientifico-poético-romantique, teinté de musiques bossa-nova avec une touche de jazz et de bluzz. Si les Shadoks vous ont autrefois inspirés, vous pourrez retrouver avec plaisir ces échassiers au bec dentu grâce à Hélène Lanscotte samedi 3 Août à 18 heures au théâtre de Lapte dans son spectacle "Quand les Shadoks pompaient", d'après le livre de Jacques Rouxel, "Les Shadoks, une vie de création". Un récit de non-sens où se mèle humour anglais, absurde et un tant soi peu visionnaire.

.. Et du grand Georges pour clore l'édition 2019  A 21 heures, trois comédiens de la Compagnie des sept familles raconteront "Brassens par Brassens", l'un des hommes célèbres les moins connus. Au menu, humour, poésie et amour, rythmé bien sûr, par les chansons du Grand Georges. Une formule restauration sera proposée lors des soirées. Réservations au 06 44 74 45 92 avant 19 heures la veille.

Renseignements et tarifs sur :  www.festivaldes7lunes.com

M-A.B.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire