Coronavirus : dix personnes confinées suite à un cas positif

mer 11/03/2020 - 14:04 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:03

« Cette personne a commencé à se sentir pas très bien vers le 26 février, confie la secrétaire de l’entreprise en question implantée à Saint-Pal-de-Mons. Les lundi et mardi 2 et 3 mars, elle n’allait pas mieux et a préféré se mettre en arrêt maladie à partir du mercredi 4 mars à midi. » Cette employée de 44 ans, résidente à Firminy, est, depuis, confinée chez elle. « Elle est allée voir son médecin dans la foulée qui lui a prescrit des antibiotiques pour une grippe habituelle, précise Philippe Brun, conseiller auprès de la direction. Elle a été dépistée positif au Coronavirus, ce dimanche 8 mars. Je tiens à préciser que cette personne se porte très bien. Elle n’a pas été hospitalisée. Elle a juste éprouvé les mêmes symptômes et désagréments qu'une petite grippe ».

----Cette employée ne venait absolument pas de Chine ni d’Italie, d’après Philippe Brun. « Elle pense avoir contracté le coronavirus il y a quinze jours dans le département de la Loire lors d’une repas d’ami ou familial où il y avait un certain nombre de personnes ».-----Des tests pas obligatoires
Un jour après ce diagnostic positif au Covid-19, la moitié du personnel de l’entreprise a souhaité se faire dépister à son tour. « Actuellement, ce sont 10 employés qui ont choisi de se faire dépister, confie Philippe Brun. Ce sont surtout des parents d’enfants en bas âge ou s’occupant de personnes âgées. Depuis mardi 10 mars, ils sont confinés chez eux en attendant le résultat des tests qu’ils sont réalisés au centre hospitalier Émile Roux. J’ai eu ces dix salariés au téléphone et ils vont tous très bien. » La demande de test se fait au bon vouloir de chacun. « Tant que je ne ressens pas de symptômes douteux, j’ai choisi de ne pas y aller pour ne pas embouteiller les services médicaux pour rien », partage la secrétaire de l’entreprise.

Voyage en Chine reporté
« Nous avons pris toutes les précautions d’usage au niveau de l’entreprise, insiste Philippe Brun. Se laver les mains, utiliser du gel toutes les deux heures, ne plus se faire la bise ou se serrer les mains... des directives que nous suivons déjà depuis trois semaines. Nous avons également annulé les voyages prévus en Chine en février et en mars. » Car cette entreprise est spécialisée dans l’import de jouets et de jeux plein air fabriqués sur le territoire chinois.

----Combien de temps le virus peut-il survivre sur les surfaces ?
Les études de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) tendent à montrer que les coronavirus peuvent persister sur les surfaces quelques heures à plusieurs jours. Ceci peut dépendre de différents paramètres comme le type de surface, la température ou l’humidité ambiante.-----« Il faut vraiment arrêter cette polémique qui affole pour rien »
Philippe Brun tente de stopper un vent de psychose qui s’élève dans la commune. « On a eu la gendarmerie qui est venue mardi 10 mars car beaucoup de bruit et de fausses informations courent sur le plateau de Saint-Pal. Il y a des gens qui osent dire que les produits importés de Chine sont porteurs du virus. Ce qui est une aberration car la durée de vie du virus posé sur des objets est de deux heures. Aucune personne de l’entreprise n’est partie ni revenue de Chine depuis octobre. Il faut vraiment arrêter cette polémique qui affole pour rien. Les produits Made in china ne sont absolument pas porteurs du virus ».

Nicolas Defay

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire