Conseil municipal du Puy : un éclaircissement sur l'affaire du CCAS ?

sam 13/12/2014 - 08:23 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:31

C'est dans une ambiance plutôt bon enfant à l'approche des fêtes de fin d'année que débute le dernier conseil municipal 2014. Le maire nous annonce un ordre du jour chargé avec des points forts. Au menu, réhabilitation du stade Massot, acquisition du bois Hintzy ou encore la réquisition des garages du boulevard de la République. Mais c'est peu avant la fin du Conseil municipal que le sujet brûlant du moment rendra l'atmosphère plus électrique : la question soulevée par le conseiller d'opposition Laurent Johanny concernant le détournement de 160 000 euros du budget du CCAS.

"Comment concevoir qu'un agent de catégorie C puisse assumer ça tout seul ?"
Ce sont par ces mots que Françoise Gauthier-Willems, conseillère d'opposition, fait ressortir le questionnement de nombreux Ponots. C'est l'aveu même par Laurent Wauquiez de défaillances (lien) qui amène les élus de l'opposition à prononcer ces interrogations sur la chaîne de contrôle normalement assurée par la directrice du CCAS, les élus et les adjoints. Laurent Johanny ajoute lors de son intervention "qu'une personne ne saurait porter l'entière responsabilité d'un système qui a failli", regrettant par ailleurs que des élus municipaux soient informés de ce fait par voie de presse.
C'est lorsque les lignes budgétaires sont énumérées par Françoise Gauthier-Willems que la stupéfaction gagne la salle. Sur les budgets du CCAS, votés par les élus, la ligne budgétaire concernant les entretiens des trois véhicules est "transparente à hurler" selon les mots de la conseillère d'opposition . Pour 2010, le budget prévisionnel était estimé à 4 400 euros, mais en dépense, 19 830 euros de mandat émis. Pour 2011, 7 500 euros de prévision, 24 641 euros émis. Pour 2012, 5750 euros de prévus, 46 245 euros de dépensés. Les chiffres sont encore plus parlant en 2013, car ce ne seront pas les 4 750 euros de crédit prévisionnel qui vont être dépensés, mais 63 693 euros ! Soit 130 000 euros de dépassement sur quatre ans, "de quoi acheter neuf ou dix véhicules neufs" selon Françoise Gauthier-Willems, et d'ajouter : "ça aurait dû nous péter à la figure", au vu de l'importance d'écart entre le budget initial et les dépenses à l'arrivée. Bien qu'ayant reconnu son manque d'attention sur ces budgets qui sont passés devant ses yeux, l'élue rajoute : "moi je ne suis pas dans la hiérarchie", interrogeant à son tour la chaîne de contrôle, avant de dénoncer le manque de personnel au CCAS et notamment le non remplacement d'un personnel partant au sein de la comptabilité de la structure, laissant seule l'agent aujourd'hui suspectée.
Avant la discussion sur ce sujet sensible, les trois points attendus par la municipalité sont abordés lors de ce conseil municipal. Ces sujets font l'unanimité au sein du conseil.

L'achat du bois Hintzy
C'est ce bois de Roche Arnaud, situé au-dessus du Palais des sports et qui s'étant sur cinq hectares, dont la mairie fait acquisition. La transaction devrait se faire pour un montant de 75 000 euros. Cet espace devrait rester un poumon vert de la ville. Situé à proximité de la piscine, de l'espace Bel Air ou encore du centre socio-culturel de Guitard, il offre de nombreuses possibilités d'amènagement. L'idée évoquée est pour l'heure celle d'un parcours d’accrobranche.

----Augmentation des tarifs au rocher Corneille : les demandeurs d'emploi, les bénéficiaires du RSA, les étudiants ainsi que les jeunes de 6 à 18 ans, qui bénéficiaient de la gratuité, devront payer deux euros pour accéder au site à partir de 2015. L'opposition s'est opposée à cette mesure.
PV électroniques : cette mesure, subventionnée pour moitié par l’État, vise à remplacer les contraventions papier. L'avis est envoyé directement par courrier au domicile du propriétaire du véhicule en infraction.-----La transformation progressive du stade Massot
Après la mise en place de l'éclairage public dans les recoins sombres du complexe sportif, le conseil municipal souhaite élargir la "remise à niveau" du stade Massot. Une première étape consiste à installer un écran géant, qui pourrait diffuser les grandes rencontres sportives. S'en suivrait un renouvellement de la sonorisation du stade. La volonté municipale étant de mettre les infrastructures du Puy à la hauteur des grands stades. Coût du projet 153 045 euros HT.

Acquisition des anciens garages du boulevard de la République
La volonté affichée du maire est de sortir de l'impasse sur l'avenir de ces locaux. Il a donc proposé au conseil municipal l'acquisition des immeubles par voie amiable ou par expropriation. Après évaluation des biens par France Domaine, c'est donc par une procédure de négociation ou judiciaire que la mairie pourra s'approprier les lieux. Le projet avancé par le maire est celui d'un pôle de santé et l'accueil de Pôle Emploi.

----Le moment des questions diverses est l'occasion pour la conseillère d'opposition, Françoise Gauthier-Willems, de déplorer la disparition des bennes à déchets organiques du Val-Vert et d'Ours-Mons. Mais, pour Laurent Wauquiez, "nous sommes dans une société où les gens ne respectent plus rien". Les abus d'utilisation justifient, pour la municipalité, le retrait de ces bennes.-----Musée Crozatier : marchés publics et emploi local
"Notre argent sert à défendre nos emplois", c'est ainsi que le maire du Puy semble vouloir donner une résonance politique à la rallonge budgétaire de 129 514,64 euros au chantier du musée Crozatier contenant diverses restructurations. Le code des marchés publics imposant des procédures strictes de mise en concurrence, de publicité et d'impartialité pour les travaux dépassant le seuil de 15 000 euros, la réelle marge de manœuvre de la collectivité quant aux choix de ses fournisseurs se fait sur des petites œuvres ne dépassant pas cette somme. Les marchés sont donc segmentés sur des remplacements de distributeurs de papier toilette ou une mise en place de serrures normalisées et de lecteurs de badges. Notons par ailleurs que le budget initialement prévu des travaux est passé d'environ 8 705 000 euros à 9 111 500 euros depuis le 18 octobre 2013, soit une augmentation d'environ 406 500 euros de travaux supplémentaires.

L.P.G.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire