Congrès national à Vals : quel avenir pour les marchés de France ?

sam 23/02/2019 - 18:15 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:56

Le rendez-vous est donné les 25, 26 et 27 février 2019. Et cette année, après Sarlat en Dordogne, c'est Vals-près-le-Puy en Haute-Loire donc, qui accueillera le Congrès de la Fédération Nationale des Syndicats des Commerçants des Marchés de France. Cet événement est l'occasion pour la profession de dresser un portrait actuel du métier et d'envisager son avenir.

----Les marchés en France, en chiffres
3e forme de distribution
17% de la production de fruits et légumes vendus sur les marchés
150 000 entreprises qui exercent une activité de distribution sur le domaine public tous secteurs confondus.-----Ainsi trois jours durant, des intervenants de divers horizons animeront des débats, des ateliers ou encore des formations comme celle proposée par Me David Dokhan sur un thème juridique : le règlement de marché et la loi PINEL qui depuis 2014 permet la transmission des entreprises. "C'est un sujet capital pour l'avenir de la profession, insiste Monique Rubin, présidente de la Fédération Nationale des Syndicats des Commerçants des Marchés de France. Jusqu’à la loi PINEL de 2014, quand on arrêtait nos activités, il n’y avait aucune possibilité de transmettre notre fond de commerce. Il n’y avait rien dans les textes de loi qui nous autorisait à le faire. La loi PINEL a apporté un petit arrangement par rapport à cela, car on peut transmettre notre fond de clientèle." Et des repreneurs, il y en a, Monique Rubin l'assure. Il y a aussi des créateurs d'entreprises, une évolution positive a notamment été constatée dans le secteur alimentaire. Un engouement qui fait la part belle aux marchés, mais Monique Rubin appelle à la plus grande vigilance pour que la qualité et la diversité des produits soient toujours des priorités.

>> Retrouvez le programme complet du 98e Congrès de la Fédération Nationale des Syndicats des Commerçants des Marchés de France en cliquant ici.

La présidente de la Fédération Nationale des Syndicats des Commerçants des Marchés de France est très optimiste quant à l'avenir des marchés et ce malgré un contexte social compliqué. Un temps de débat sera d'ailleurs consacré aux doléances de la profession dans le cadre du Grand débat national, lundi 25 février 2019 : mise en place de "zone à faibles émissions", baisse du pouvoir d'achat, hausse du prix des carburants, de la contribution foncière des entreprises, des tarifs d'assurance, des complémentaires santé, manque de soutien de la part des élus nationaux... "Mais nous avons un bel avenir devant nous. La convivialité est notre force. A nous de réfléchir aux marchés de demain, de nous intégrer dans les projets "Action Coeur de Ville" par exemple, de diversifier nos services et de proposer de beaux et bons produits", conclut Monique Rubin.
Stéphanie Marin

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire