Concours de la meilleure baguette Tradition : dans la peau d'un juré

mar 26/05/2015 - 11:16 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:34

Pour le 2e concours de la Meilleure baguette de tradition française de Haute-Loire, une journaliste de Zoomdici.fr s'est glissée dans le jury pour découvrir tous les secrets de la notation. Douze boulangers de toute la Haute-Loire ont participé au concours sur la Foire Expo Velay Auvergne ce lundi 25 mai.

Des professionnels et des amateurs
A mon arrivée, Jean-Luc Chapuis, président de la fédération départementale, vice-président de la Confédération, m'accueille. A 15h45, les boulangers appellent tous les jurés. Je suis donc accompagnée de Thierry Gauthier, éditeur délégué d'un journal local, Chantal Badiou de l'UFC Que Choisir, Georges Desvignes, président de la Foire Expo Velay Auvergne, Gérard Robert, jeune retraité de la boulangerie, Christophe Bertrand, professeur au CFA de Bains et Gilles Communello, vice-président de la chambre des métiers et de l'artisanat. Concrètement, nous sommes quelques uns à ne pas être des " pro de la boulangerie ", me voilà rassurée.

Tout détailler
On nous distribue une fiche de notation. Les professionnels se tiennent à notre disposition si nous avons des interrogations. Oui parce que juger de l'aspect, c'est plutôt simple mais quand il est question d'arôme ou d'alvéolage... c'est une autre paire de manches. Il faut regarder, détailler, presser, sentir et, bien évidemment, goûter les douze baguettes en lice pour le titre. J'échange avec les autres membres du jury et il est évident que certaines se démarquent des autres... Nous notons selon six critères : l'aspect, la croûte (couleur et croustillant), l'arôme, la mie (couleur et alvéolage), le goût et la mâche. Je remplis consciencieusement ma fiche de notation avant de la remettre à Jean-Luc Chapuis. Les organisateurs se chargent d'adresser des pénalités pour le poids (250g), la longueur (entre 45 et 50 cm), ou encore le nombre de coups de lame (il doit y en avoir cinq, pas un de plus).

Et le gagnant est ...
Toutes les notes sont comptabilisées. Le verdict tombe mais pas un mot, il faut attendre l'annonce officielle. Peu avant 17h, Jean-Luc Chapuis prend le micro et Eric Ferraton, meilleur ouvrier de France en 2000, remet le prix à... Eric Outin, boulanger de Laussonne. La deuxième place revient à Didier Bouquet du Puy (Taulhac), la troisième place à Frédéric Mazzarèse de Fay-sur-Lignon et la quatrième place ex-aequo à David Rouhaire de Brioude, Jean-Luc Chapuis de Chadrac et Romain Lecomte de Retournac.
Le lauréat, Eric Outin, pourra organiser le prochain concours dans sa commune, Laussonne, l'année prochaine mais mieux, il participera au concours régional qui aura lieu soit en novembre dans l'Allier, soit en février à Clermont-Ferrand. Le gagnant ira représenter l'Auvergne à Paris.

  • Retour en vidéo :


Reportage vidéo : Eddie Rabeyrin

Eric Ferraton, boulanger et meilleur ouvrier de France dans le début des années 2000, s'est confié sur le concours et son métier au micro d'Annabel Walker.


Emma Jouve

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire