Tous

Sembadel

Commémoration du 8 mai : le rappel des valeurs de la République

lun 09/05/2016 - 14:16 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:41

Cette année, la cérémonie commémorative du 8 mai 1945 à Sembadel avait une connotation particulière. Compte-tenu des épreuves auxquelles la France a été confrontée ces derniers mois, il s'agissait de rappeler combien ce devoir de mémoire était important pour la conservation des valeurs républicaines.
Au-delà d’une commémoration de la victoire de 1945, les discours prononcés par Roland Gobet, le maire de Sembadel, et celui de Maurice Farget, représentant des anciens combattants d’Algérie, avaient en commun la volonté de mettre l’accent sur la nécessité de défendre les idéaux que cette cérémonie honore. « La paix et les valeurs humanistes qui sont les nôtres sont particulièrement fragiles », n'a pas manqué de rappeler Maurice Farget dans son allocution.
Un moment d’émotion…
Ceux qui ont fait l’ultime sacrifice pour défendre la liberté, que ce soit au cours de la première ou de la seconde Guerre mondiale, ont été honorés. Après les prises de parole, ils ont tous été cités, un par un, afin que les membres de l’assistance puissent leur rendre hommage. « Mort pour la France », répondait l’assemblée en écho à chaque citation.
… Et de convivialité
Puis les participants se sont retrouvés autour du verre de l’amitié, occasion pour chacun d’exprimer son ressenti sur les déclarations des officiels. Un habitant du bourg, venu avec son fils, et qui souhaite garder l’anonymat, se désole : « c’est la solidarité entre Français qui fait défaut pour faire face aux difficultés auxquelles nous sommes confrontés, et malheureusement, ça ne manque pas chez ceux qui nous veulent du mal », ce à quoi a répondu une des ainées présentes : « on peut garder espoir, il fait toujours bon vivre ici ».

N.S.


L'Histoire avec un grand H

Le 7 mai 1945, l’acte de capitulation allemande est signé à Reims. Les combats cessent le 8 mai à 23h01. La nouvelle est communiquée officiellement le 8 mai à 15h00. Le lendemain, 9 mai, la capitulation générale est signée à Berlin. En effet, les Soviétiques, maîtres de la ville depuis le 2 mai, estiment que la capitulation de Reims n’est qu’un acte préliminaire. La France, signataire aux côtés des Alliés de ces deux actes, est représentée à Reims par le Général Sevez, à Berlin par le Général de Lattre de Tassigny. La reddition sans condition de l’Allemagne nazie met fin en Europe à un conflit de six ans qui a fait plusieurs dizaines de millions de morts.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire