Clôture, tourniquets et vidéo protection au Lycée Charles et Adrien Dupuy

mar 07/02/2017 - 17:45 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:45

Le sujet, très politisé, avait fait beaucoup de vagues mais la mise en sécurité du lycée ponot est désormais actée, alors que celle de Monistrol est tombée à l'eau.
L'établissement ponot s'étend sur cinq hectares et il est dénué de clôture sur tout son pourtour. Il comprend une cinquantaine d'entrées et de très nombreuses fenêtres. Sa mise en sécurité semblait un chantier aussi vaste qu'urgent.

>> Les réactions à l'article : 

* L'interview de Laurent Wauquiez : "Pour moi, ce n'est pas un choix entre de belles salles de cours ou des équipements de sécurité"

* La réaction de la FCPE : "ça me fait un peu penser à la ligne Maginot"

* Les enseignants du syndicat Sud Education 43 s'opposent fermement à ce qu'ils appellent l'enfermement des élèves.

Un audit de sûreté amorcé fin 2015 et concrétisé cet automne
Le lycée abrite environ un millier de personnes entre les élèves, les personnels et les enseignants. Le chef d'établissement Philippe Trefelle avait dès fin 2015 amorcé une démarche visant à améliorer la sécurité du site. "Le chef d'établissement est responsable de la sécurité des biens et des personnes", précise-t-il, "et à ce titre j'ai demandé au conseil régional d'étudier et de proposer un projet de sécurisation du lycée".
De plus, l'incident d'octobre dernier (une Ponote aux antécédents psychiatriques avait embouti une barrière d'entrée du lycée et avait fait plusieurs tours à l'intérieur de l'établissement, sans heureusement blesser personne) a précipité la remise de cet audit de sûreté, réalisé par des professionnels de la DDSP (direction départementale de la sécurité publique) de Haute-Loire.

"On ne peut plus prendre à la légère cette question de la sécurité de nos élèves"
Pour des raisons de sécurité évidentes, Zoomdici ne va pas pointer du doigt chacune des failles du lycée même si toutes les personnes qui connaissent l'établissement savent qu'il est, par essence, un lieu ouvert. "Le lycée Charles et Adrien Dupuy a été construit à une époque où il n'y avait aucun problème de sécurité", observe le Président de Région Laurent Wauquiez, "et on le voit aujourd'hui, même chez nous au Puy, il peut y avoir des incidents donc on ne peut plus prendre à la légère cette question de la sécurité de nos étudiants et personne ne peut attendre un drame pour réagir" (retrouvez l'intégralité de l'interview ici). 

Clôture, tourniquets et badge
La sécurisation de l'ensemble du site devrait donc être réalisée par l'installation d'une clôture périphérique (entre 2m et 2,20 m de hauteur). Les poteaux devraient être fixés dans une longrine en béton afin d'assurer une bonne résistance structurelle. Le tout pourrait être complété d'une ceinture végétale. L'accès des élèves devrait se faire depuis l'avenue du Docteur Durand.

----Selon nos informations, il devrait y avoir cinq portails automatisés (digicode et bip), deux portails automatisés avec commande depuis la loge ou bip, deux portails manuels et un portillon avec digicode et visiophone.-----15 élèves par minute
La mise en place de tourniquets asservis par lecteurs de badge est préconisée par les services de sécurité. Reste à en déterminer le nombre et savoir si des personnels sont requis à cet effet. Et quel sera le temps de passage, comme nous avions soulevé la question en janvier 2016 ? Selon les fabriquants, il faut compter 15 passages par minute, soit environ 50 minutes pour faire passer l'ensemble des 750 élèves environ du lycée ponot (ils ne débutent pas tous à la même heure, bien évidemment) si on dispose d'un seul tourniquet mais il devrait y en avoir au moins deux, situés à deux accès divers pour fluidifier le trafic. 
A côté, un portillon devrait être installé, là ausi asservi par lecteur de badge, interphone et par commande d'ouverture à distance depuis l'accueil pour les personnes à mobilité réduite et les visiteurs sans badge. Un portail à ouverture assez large pour permettre une évacuation rapide du site si nécessaire est également préconisé. Des plots ou des jardinières devraient barrer l'accès à l'entrée piétons pour tout type de véhicule.

Vidéo protection pour sécuriser et dissuader du passage à l'acte
L'ensemble des accès devrait être placé sous vidéo protection avec un déport des images sur un moniteur se trouvant à l'accueil et un enregistreur accessible uniquement aux personnes mandatées. Outre la sécurisation des divers points d'entrée, ce dispositif vise aussi à dissuader du passage à l'acte (en particulier les dégradations ou le trafic de stupéfiants). Un éclairage public fiable et performant est également jugé indispensable autour du site.

Maxime Pitavy

>> Pour explorer le sujet plus en détail, nous vous invitons à lire les articles suivants : 

* L'interview de Laurent Wauquiez : "Pour moi, ce n'est pas un choix entre de belles salles de cours ou des équipements de sécurité"

* La réaction de la FCPE : "ça me fait un peu penser à la ligne Maginot"

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire