Cinq jeunes Ponots mis en examen pour avoir tendu un guet-apens à des prostituées

jeu 07/01/2016 - 11:12 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:38

L'information a été révélée par le groupe Centre France et le Parquet du Puy nous l'a confirmé par téléphone ce jeudi matin.
Victimes d'extorsion de fonds, trois prostituées ont jusqu'à présent porté plainte, "mais on peut supposer que le chiffre obscur est important", constate Jacques Louvier, Procureur de la République du Puy-en-Velay.
Autrement dit, compte tenu de la clandestinité de l'activité, un certain nombre de victimes n'a certainement pas porté plainte mais on peut supposer que plus de trois femmes ont été victimes de ces cinq jeunes habitants du bassin du Puy.

Cinq mis en examen et déjà deux en détention provisoire
Plus ou moins connus des services de la Justice (certains pas du tout, d'autres sont "des habitués"), aucun n'a plus de 25 ans. Trois ont été mis en examen ce mercredi après-midi et deux autres doivent l'être ce jeudi. Parmi les trois mises en examen de ce mercredi, le JAP (juge d'application des peines) a prononcé une détention provisoire pour deux des intéressés.
"La détention provisoire, c'est de toute façon la demande du Parquet pour les cinq jeunes hommes poursuivis", précise le procureur de la République. Reste à savoir si les deux mis en examen de ce jeudi seront également placés sous écrous. La peine encourue pour ce type de faits monte jusqu'à 10 ans d'emprisonnement.

----Un site web reconnu pour les propositions sexuelles
Ce site serait relativement connu pour proposer ce "type de services" et notamment en Haute-Loire, une affaire avait déjà été traitée où une femme, accompagnée par son mari, donnait rendez-vous à ses clients par Vivastreet... jusqu'au jour où elle s'est retrouvée séquestrée par l'un des ses clients.-----Pas de "prostituées fixes" au Puy
Il n'y a pourtant pas de "prostituées fixes" au Puy mais ces jeunes femmes viennent en Haute-Loire pour proposer leur service, en louant des chambres soit dans des hôtels, soit dans des résidences. Elles proposent leur service via le site web Vivastreet et donnent rendez-vous dans une chambre. 
Aucune de ces femmes n'a la nationalité française et aucune n'est domiciliée en Haute-Loire (elles habitent d'autres villes de France, où il y a une plus grosse activité pour les prostituées). "La majorité des prostituées en France sont de nationalité étrangère, on retrouvait dans cette affaire une Colombienne, une Brésilienne, etc.", souligne le magistrat. 

Violences et menaces avec une arme
Les faits se sont donc bien déroulés sur le bassin du Puy, et l'extorsion de fonds est accompagnée de faits de violences car elles ont été bousculées, projetées au sol si nécessaires, et le tout avec la menace d'une arme de poing, "réelle ou factice, on ne le sait pas car on n'a pas encore mis la main dessus", précise Jacques Louvier, même si la qualification pénale est la même. Pour l'instant, on ne connaît pas la valeur du préjudice, à chaque fois c'était l'argent des passes réalisées qui était subtilisée.

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire