Chevreuil mort : il n’y avait pas encore de barbelés ce jour-là selon la Région

mar 30/03/2021 - 12:11 , Mise à jour le 30/03/2021 à 12:11

Dans quelles circonstances est mort un jeune chevreuil le 17 mars dernier aux abords du chantier de déviation du Pertuis / Saint-Hostien ? Les écologistes accusent les barbelés de délimitation des travaux. Des barbelés qui n’avaient pas encore été posés selon le rapport d’un prestataire.

L’animal a été décrit par les écologistes comme la première victime officielle des barbelés posés récemment le long du chantier de la déviation de la RN88 au Pertuis / Saint-Hostien. Le mercredi 17 mars, un chevreuil a été retrouvé mort entre deux rangées de barbelés près du hameau de La Pénide. Personne ne conteste que l’animal ait été percuté par une voiture.
En revanche, France Nature Environnement 43 a alerté les média, attribuant la mort du chevreuil à son incapacité à trouver une issue pour échapper aux roues du véhicule, et ce en raison de fils barbelés de part et d’autre de la départementale 28.

 

"Le 17 mars les trois fils de ronce ne sont pas encore mis en œuvre"

Or, l’entourage du président de Région a par la suite contacté les média locaux, leur fournissant un constat d’observation sur chantier en date du 26 mars de la société Ingérop, intervenant pour le compte de l’entreprise de BTP Eiffage dans le cadre du dégagement des emprises du chantier. Celui-ci indique : « Le 17 mars, à 9h39, des ouvriers du chantier de clôtures ont constaté la présence d’un chevreuil mort sur les parcelles cadastrées B1477 / B1475 sur la commune de Saint-Hostien. Ils nous ont rapporté que le chevreuil avait été percuté par un véhicule circulant sur la RD28 et que la dépouille aurait été transportée à cet endroit par l’automobiliste. Sur ce secteur, à la date du 17 mars, les piquets de clôtures sont posés mais les trois fils de ronce ne sont pas encore mis en œuvre. »

Un mètre ? 1,50m ?

Dans la bataille de communication que se livrent les pro et les anti contournement de la RN88, tous les arguments sont utilisés comme la hauteur des barbelés par exemple. Pour FNE43, la hauteur était de 1,50m ("Maintenant, ils ont doublé ces rubalises avec ces barbelés de 1,50m..."). Ce n'est manifestement pas le cas, tout au plus un mètre.
Quoi qu'il en soit, ce n'est pas la hauteur qui est en cause. Nous avons joint plusieurs personnes qui connaissent bien les cervidés. Ils sont catégoriques, l
es bonds du chevreuil atteignent allègrement 2 mètres de hauteur. Le chevreuil peut donc, grâce à ses dispositions exceptionnelles, fuir rapidement en franchissant des obstacles de grande hauteur comme les clôtures par exemple.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

2 commentaires

lo

mar 30/03/2021 - 16:27

Sans vouloir passer pour une écolo que je ne suis pas et ne suis pas prête à le devenir,
C'est le pot de terre contre le pot de fer....évidemment la région pense avoir la science infuse, toujours est-il que le chevreuil ne servira plus de cible aux chasseurs....Effectivement un cervidé d'après franchir une hauteur de plus de 1,50m, à condition que la dite hauteur soit visible, or il semblerait que non. Quand à ceux qui ont posé cette clôture s' ils ne font pas la différence entre des piquets de 1m et de 1,50m, je ne suis pas prête de les embaucher..

he

mar 30/03/2021 - 16:01

les opposants à cet aménagement deviennent de moins en moins crédibles et ça peut être dommageable pour le combat qu'ils mènent. Comment les croire ? Pour ma part je veux défendre des causes mais dans la mesure où les méthodes employées sont "à la régulière".