Chaque mois, 7 gendarmes adjoints volontaires sont recrutés en Haute-Loire

mar 24/02/2015 - 19:44 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:33

De l'action et du terrain tout en étant proche de la population. C'est le quotidien des 58 gendarmes adjoints volontaires (GAV) du département. Ce poste est une porte d'entrée pour, pourquoi pas, préparer le concours de sous-officier.

Rêves militaires
" Ce qui m'a marqué, c'est une interpellation domiciliaire dans le cadre d'une procédure judiciaire dans une affaire de stupéfiants au sein d'un quartier sensible de Saint-Étienne. Il y avait une centaine de militaires, tous à leur place. Ça ne faisait que deux ou trois semaines que j'étais dans le métier ", témoigne Yoann Mazoir, un jeune gendarme adjoint volontaire de 24 ans. L'action, c'est son quotidien. Elevé dans une famille militaire, il s'engage dans l'armée de terre en 2008 après l'obtention de son baccalauréat Economique et Social. Le 35ème Régiment d'Infanterie de Belfort devient son quotidien. Son rêve s'effondre avec une opération médicale aux yeux et une incapacité d'exercer de deux ans. Il retourne à la vie civile fin 2008. Le jeune homme rebondit et entreprend des études de droit puis d'histoire.

----Le salaire d'un GAV est de 875 euros net par mois auquel s'ajoutent 224 euros de prime d'alimentation. Un GAV est herbergé, il n'a pas de charges fixes (électricité, eau, impôt, taxe d'habitation...). Il a la sécurité de l'emploi pendant cinq ans maximum (deux ans puis un renouvellement de trois années supplémentaires). Dès la quatrième année, une aide est apportée à ceux qui souhaitent se réorienter vers la vie civile.-----Réussite de la formation
La carrière millitaire toujours en tête, il passe le concours de sous-officier de gendarmerie en 2011 mais le rate. En même temps que sa lettre de résultat, il reçoit une offre pour devenir gendarme adjoint volontaire. Il accepte et intègre l'école de Tulle en décembre 2011 pour trois mois de formation. Là, il apprend les bases du métier.
A l'issue des trois mois, un classement est édité. Les premiers ont la chance de choisir leur lieu d'affectation. Yoann est troisième. Il choisit la Haute-Loire pour des raisons personnelles et atterrit au Peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG) du Puy le 15 mars 2012.

Qu'est-ce qu'être gendarme adjoint volontaire ?

Du terrain et encore du terrain
Passionné, il témoigne : " Avec la gendarmerie, j'ai trouvé un métier qui correspondait à mes attentes avec l'aide aux personnes, la lutte contre la délinquance... " Yoann s'est senti à sa place dans ce milieu où chaque intervention est différente et où "le dialogue a une place importante puisque la force n'est utilisée qu'en dernier recours", assure le groupement.
Avec ce poste de terrain, il monte en grade et en responsabilité en passant de brigadier à brigadier-chef. Sa principale mission est de seconder les sous-officiers.

Une journée standard

La gendarmerie, c'est tous les métiers

----En Haute-Loire, il y a 58 gendarmes adjoints volontaires. La profession se féminise peu à peu. Le département recrute sept GAV par mois. En janvier, seulement trois ont été recrutés. 
-----De l'ambition
En septembre dernier, Yoann passe le concours de sous-officier en interne et il est reçu. Il doit maintenant attendre neuf à douze mois avant d'intégrer une des quatre écoles. Le jeune homme rêve d'intégrer le GIGN (groupement d'intervention de la gendarmerie nationale) un jour.
Il explique : " Je suis conscient que c'est ambitieux mais je sais que j'en ai les capacités. Après, il y a beaucoup de choses à prendre en compte comme le facteur chance ou encore les blessures. " Néanmoins, il ne se ferme pas à d'autres perspectives de carrière.

E.J.

Le recrutement de GAV est permanent. L'inscription se fait via le site www.lagendarmerierecrute.fr, elle est suivie d'un entretien pour des tests de sélection.
Pour plus d'informations contacter :

  • le référent recrutement du secteur de Brioude 04-71-74-79-32,
  • le référent recrutement du secteur du Puy-en-Velay 06-71-92-47-84 ou 06-71-92-48-10,
  • le référent recrutement du secteur d'Yssingeaux 04-71-59-85-71.

Pour rencontrer un spécialiste du recrutement :
Le 1er mardi un mois sur deux à la Mission locale d'Yssingeaux (10h-12h) ou au Pôle Emploi de Monistrol-sur-Loire (10h-11h30),
Le 3ème mercredi de chaque mois au Pôle Emploi du Puy (10h-11h30) et à la Mission locale du Puy (13h30-16h).

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire