Tous

Chadron

Chadron : avant sa fermeture, la Coursière renommée en "route de nulle part"

lun 01/09/2014 - 12:29 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:24

La fermeture de la Coursière, chemin communal reliant Coubon à Chadron, pose toujours autant de problèmes à ceux qui l’empreinte fréquemment. Après s’être réunis une première fois le 23 août dernier, le collectif des usagers de la Coursière, également appelée route d’Archinaud, s’était une nouvelle fois donné rendez-vous ce dimanche 31 août pour une drôle de cérémonie : l’inauguration de la « route de nulle part », nouveau nom donné à ce chemin communal par la trentaine de manifestants mobilisés.

La circulation interdite dès ce lundi
Le maire de Coubon, Adrien Defix, et les usagers ne sont pas sur la même longueur d’onde. Pour l’édile, « ce chemin n’est pas qualibré pour recevoir une circulation intense ou de véhicule de fort tonnage ». Adrien Defix justifie la fermeture de la Coursière par un non-respect de certaines limites : « [Le chemin] avait été abimé, nous avons investi pour le remettre en état et limité le tonnage à 3,5 tonnes. Ceci n’a pas été respecté. » Le maire avait conclu en affirmant qu’il n’y aurait « pas de négociation ». Suite à ces déclarations et à l’arrêté interdisant, sur la partie de la commune de Coubon, la circulation à tout véhicule à moteur sur la route d’Archinaud à compter du 1er septembre, le Collectif des usagers de la Coursière était désireux de se faire entendre.

La Coursière devient la « route du nulle part »
Pour ce faire, il a invité les utilisateurs du chemin communal à venir « manifester joyeusement leur mécontentement » en rebaptisant la route d’Archinaud qui traverse le village de Dempeyre en « route de nulle part ». Une nouvelle dénomination logique et naturelle pour les usagers, « puisque à partir de lundi cette voie ne mènera plus …nulle part ». Pour faire les choses dans les règles, un ruban tricolore a été coupé symboliquement pour officialiser sa nouvelle appellation. « Puisque les riverains ont demandé l’interdiction de circulation sur la coursière menant à Archinaud, il semble impensable qu’ils utilisent comme adresse le nom du village vers lequel la route ne mènera plus », précise le collectif.

Fort d’une pétition de 900 signatures à ce jour, selon ses dires, le Collectif des usagers de la Coursière « compte bien porter l’affaire devant les juges ».

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire