Tous

Chadrac

Chadrac : les plus célébres comptines revisitées dans un "Grand Bazar"

lun 16/03/2015 - 13:53 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:33

Un Pirouette cacahuète revu en version hip-hop, des ogres qui peinent à se tenir à leur régime végétarien, un magicien faisant apparaître un dragon, mais ne sachant plus comment le faire disparaître...
Pendant près d'une heure et demi, Weepers Circus a fait valser les émotions dans un flot de féérie, agrémenté de magie grâce aux nombreux accessoires et costumes sortis de leurs grandes valises au fil du spectacle.

Pour le plasir des petits... et des grands
Si le spectacle s'adressait prioritairement aux enfants, à partir de trois ans était-il stipulé, la moyenne d'âge des enfants était de six-sept ans et il y avait forcément de nombreux parents pour encadrer toutes ces têtes blondes. Et les artistes ne les ont pas négligés non plus, enchaînant subtilement de nombreux jeux de mots et calembours qui n'étaient pas à la portée des plus jeunes.
"Un éléphant qui se balaçait", s'est ainsi transformé en un sketch hilarant, où Babar, sans défense, acceptait de rejoindre ses amis sur la toile d'araignée pour se balancer. Mais ses amis ne se rappelaient plus de son prénom... Problème de mémoire sans doute pour ces quatre fantasques pachydermes !

Un loup rocker qui a déjà fait l'Oulympia
Le groupe est composé de cinq musiciens originaires d'Alsace et a déjà sillonné la France avec son précédent spectacle, où plus de 150 représentations avaient été données aux quatre coins de l'hexagone. Avec désormais une vingtaine d'années d'expérience au service des enfants, les artistes sortent tour à tour de leur chapeau humour et magie, tout en s'appuyant sur les plus grands classiques de la chanson enfantine, afin que les enfants ne perdent pas le fil.
On a ainsi découvert un "Il était un petit navire" sur un rythme hawaïen, un "Promenons nous dans les bois" qui swingue comme un bon vieux rock, avec, sur scène, un loup bardé d'un blouson en cuir noir, empruntant la gestuelle d'un Elvis Presley, lui qui a déjà fait "l'Oulympia".

Des chansons inédites aux personnages extraordinaires
Pour compléter ce tableau coloré, les cinq artistes mélangent musique et jeu de scène, tout en proposant également quelques chansons inédites aux personnages extraordinaires : un magicien totalement déjanté sort tout à tour de son chapeau lumières étincelantes, lapin et bébé... avant qu'un dragon géant n'apparaisse dans son dos. Il est visiblement affamé alors... adieu petit lapin !
On a aussi vu de vils goupils tenter de voler des poules transgéniques ou encore un Gospel des gallinacés endiablé, où petits et grands ont accompagné les artistes de leur voix et en battant la mesure de leurs mains.

Au final, on a assisté à beaucoup de rires, d'applaudissements et les plus grands ont même esquissé quelques pas de danse. Nul doute que les célèbres comptines auront accompagné la fin du week-end comme un rayon de soleil dans bien des foyers de l'agglomération du Puy à quelques jours du printemps.

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire