Tous

Chadrac

Chadrac : cure de jouvence pour la station d'épuration

sam 14/12/2019 - 13:08 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:01

La station d'épuration de Chadrac est la plus grande de Haute-Loire. C'est aussi la deuxième plus importante d'Auvergne après celle de Clermont-Ferrand. Mais construite en zone inondable, en 1974, puis rénovée avec des travaux d'extension en 1994, l'installation est vieillissante et les équipements souvent submergés par les eaux ; la crue du 23 novembre en est le dernier exemple. Alors en plus des travaux de modernisation intégrant des contraintes environnementales et d'urbanisme, et se pliant ainsi aux exigences de la loi, la Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay, maître d'oeuvre de ce vaste chantier, a imaginé un scenario de surélévation de l'équipement par un système de pieux ancrés dans le sol à dix mètres de profondeur.

>> A lire aussi : Les élus se penchent sur de nouveaux investissements pour la station d'épuration

Pour être dans les clous de la législation, la station devra être au minimum 30 centimètres au-dessus du niveau de la crue centennale, soit 6,80m en référence aux inondations de 1980. S'ajoute la problématique des eaux claires parasites, un dysfonctionnement qui, là aussi, peut provoquer des débordements intempestifs des bassins de traitement. Il est prévu, afin de régler ce problème, la mise en place d'un nouvel ouvrage de répartition en entrée de station permettant d'orienter les survolumes de temps de pluie vers un bassin de stockage-restitution.     
----Un parcours pédagogique sera réalisé pour permettre au public de découvrir le nouveau site de la station d'épuration de Chadrac.-----Capacité de traitement de la future station d'épuration : 75 000 équivalents-habitants
"Ce projet représente un effort financier conséquent, concède Philippe Joujon, vice-président de la Communauté d'agglomération. Mais nécessaire pour être conforme aux normes imposées et en capacité de répondre aux besoins futurs des communes raccordées à la station d'épuration", soit Aiguilhe, Brives-Charensac, Chadrac, Espaly-Saint-Marcel, Le Puy-en-Velay, Polignac, Vals-près-le-Puy ainsi que du Monteil. Selon l'estimation des services de l'Agglo du Puy, la croissance démographique de ces communes serait de +1,4% par an jusqu'en 2035 et de +0,5% par an jusqu'en 2045. La nouvelle station d'épuration sera ainsi dimensionnée pour traiter une charge nominale de 75 000 équivalents-habitants.


(La station d'épuration de Chadrac. Photo © Zoomdici - S.Ma)
Une unité de méthanisation
En même temps que la station sera réhabilitée, une unité de méthanisation des boues sera créée sur le site. Un process qui va permettre une réduction des volumes de boues d'un peu plus d'un quart et une rentrée d'argent pour la Communauté d'agglomération estimée à 250 000 euros par an. Explications de Laurent Ferrer, à la tête de la Direction de l'Eau et de l'Assainissement (DEA) de l'Agglo du Puy.

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Le projet de réhabilitation a été voté à l'unanimité par les élus lors du dernier conseil communautaire en date du jeudi 12 décembre, mais il faudra d'abord passer par l'étape administrative avant la mise en route des travaux au premier semestre 2021, selon Laurent Ferrer. Des travaux qui devraient durer deux ans, "s'il n'y a pas de retard administratif ou dû à la météo [...] Le fonctionnement sera partiellement dégradé à certains moments, mais la station continuera à traiter les effluents des communes raccordées", précise le directeur de la DEA.
Le coût prévisionnel de ce chantier est quant à lui estimé à 16 686 000€ hors taxe et hors maîtrise d'oeuvre. L'Agglo du Puy pense atteindre les 50 à 60% de subventions de la part de l'Agence de l'eau, hors projet de méthanisation.
Stéphanie Marin

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire