"C'est la garantie d'un jeune motivé et responsabilisé"

mer 20/07/2016 - 17:32 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

Le dispositif « Garantie Jeunes » a débuté en France en 2013 dans dix départements. Aujourd'hui, il s'étend sur 91 départements du territoire français. Un dispositif jugé « efficace » puisqu'un jeune sur deux s'est retrouvé en situation d'emploi après huit à dix mois au sein du dispositif.

Avoir entre 18 et 25 ans et… être motivé
La garantie jeune est un accompagnement à l'emploi, destiné aux jeunes ayant entre 18 et 25 ans qui présentent des difficultés financières et qui ont besoin d'un accompagnement global pour accéder à l'autonomie. Pour intégrer le dispositif « Garantie Jeunes », le bénéficiaire ne doit être, ni scolarisé, ni en emploi, ni en formation. Et bien sûr être motivé, volontaire et autorisé à travailler.

Un revenu minimum mensuel de 461,26€
Le jeune est pris en charge pendant un an pour trouver un emploi, un stage, une formation continue ou un apprentissage. En contre-partie, le jeune s'engage à s'investir pleinement dans cet accompagnement personnalisé. C'est le principe « donnant-donnant ». En effet, durant cette année, le jeune doit faire des démarches de recherche de stages et d'emplois et doit réaliser au minimum 80 jours d'immersion qui vont lui permettre d'étoffer son C.V. Il doit participer aux regroupements et entretiens proposés par la mission locale ainsi que répondre aux différents engagements pris avec son conseiller référent. D'autant plus que le jeune dispose d'un revenu mensuel minimum à hauteur de 461,26€. Une somme à laquelle s'ajoute les revenus d’éventuels contrats de travail, stage ou formation. Néanmoins, le jeune ne touchera pas cette somme s'il perçoit le SMIC suite à une éventuelle activité dans le cadre du dispositif.

----Sur 105 jeunes accompagnés au cours des trois premières sessions en 2015

  • 43 ont trouvé un emploi (42%)
  • 31 sont demandeurs d'emploi (29%)
  • 13 ont abandonné (12%)
  • 18 ont été exclus  (17%)

-----« Une approche globale du jeune »
De son côté, La Mission Locale s'engage à accompagner les bénéficiaires avec des ateliers collectifs sur l'expression orale ou encore des ateliers de formations aux premiers secours. L'organisme s'engage également à les aider à résoudre leurs difficultés en matière de mobilité, de santé ou de logement. « Il ne s'agit pas seulement d'aider la personne à trouver un emploi ou un stage. C'est une approche globale du jeune », assure Eric Maire, préfet de la Haute-Loire et parrain d'une promotion. La Mission Locale s'appuie aussi sur des partenariats « entreprise » qui permettent aux jeunes de rencontrer des professionnels. « On leur donnent les attentes des employeurs et on les aide à s'intéresser au marché de l'emploi de la Haute-Loire », explique Sandrine Goudard, directrice d'une agence intérimaire au Puy-en-Velay et marraine d'une promotion. « On leur apprend également les règles de savoir-être comme respecter les horaires et les personnes », ajoute-t-elle. 

Les entreprises n'ont pas d'avantages financiers à embaucher un jeune issu du dispositif « mais ils ont la garantie d'un jeune motivé et responsabilisé », conclut le préfet altiligérien.

V.B.

>>> Témoignages

Aikal, 21 ans, en contrat Garantie Jeunes en clinique
« J'avais besoin de cet accompagnement. Quand j'étais en formation paramédicale en Belgique, je ne pensais qu'au football et je dépendais financièrement de ma famille. Et quand j'ai quitté l'école, j'ai réalisé que j'avais besoin de plus de maturité. Grâce aux ateliers, j'ai pris confiance en moi. J'arrive désormais à m'exprimer en public. Aujourd'hui, la Garantie Jeunes me permet de travailler à l'Hôpital privé de la Loire (HPL) de Saint-Etienne où j'espère devenir aide-soignant à partir du mois de septembre. »

----Au 31 décembre 2015, 46 000 jeunes avaient intégré le dispositif à l'échelle nationale. L'objectif cible est de 60 000 jeunes d'ici fin 2016.
Les missions locales du Puy, Brioude et Yssingeaux expérimentent la Garantie Jeunes avec un objectif de 310 jeunes en 2016.
-----Alexis, 21 ans, en contrat avenir à l'hôpital de Langeac
« J'ai intégré le dispositif Garantie Jeunes car j'étais en galère. J’enchaînais les petits boulots. Malgré ça, je vivais sur les revenus de mes parents. Grâce au dispositif, j'ai réussi à prendre confiance en moi et à mettre en valeur mes compétences. Cela m'a permis d'enchaîner des contrats plus longs. Je travaille aujourd'hui, depuis le mois de mai, au service blanchisserie de l'hôpital de Langeac pour un contrat avenir d'une durée de trois ans. A plus long terme, je souhaite passer des concours dans le but de devenir aide-soignant ou infirmier. »

Jessica, 19 ans, en contrat de professionnalisation en grande surface
« J'ai commencé le dispositif Garantie Jeune car je n'avais ni revenu, ni logement. J'ai quitté l'école à 14 ans alors ce dispositif m'a aidée à trouver des patrons, à avoir confiance en moi et à entrer dans la vie active. J'ai d'ailleurs convaincu ma colocataire d'intégrer le dispositif. Aujourd'hui, je suis hôtesse de caisse dans un hypermarché à Vals-près-Le Puy. Je ne sais pas s'ils veulent me garder mais j'espère bien découvrir de nouveaux secteurs d'activité. »

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire