''Ce qui m’a plu dans le métier ? Aider la population et secourir les gens''

mer 11/05/2016 - 13:20 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:41

Le lundi 9 mai, une cérémonie a eu lieu devant le commissariat ponot pour décorer des policiers ainsi que pour rendre hommage à ceux qui sont morts pour la France et en opération.
« C’est une reconnaissance de l’administration », explique Teddy Carette.  Ce dernier revient sur ses vingt années. « Ce qui m’a plu dans le métier ? Aider la population et secourir les gens », s’enthousiasme-t-il. En 1996, il intègre l’école de police de Chatel Guyon, avant de rejoindre les Hauts-de-Seine pour sept années de service. Pour des raisons personnelles, il demande sa mutation au commissariat du Puy et l’obtient en 2003. Dès l’année suivante, Teddy Carette prend une fonction judiciaire.
« C'était ma première grosse affaire »
« Au quotidien, on traite les dossiers du début à la fin. Ça va de la plainte à la présentation de l’auteur ----Tombés pour la France
Danielle Coutarel, fille du gardien de la paix Clément Beaud ainsi que Franck Savanier, petit-fils du gardien de la paix Gabin Savanier, ont été reçus par les autorités. Les père et grand-père étaient tombés le 19 août 1944 lors de la prise du Puy-en-Velay. Leurs descendants ont reçu une décoration.-----devant les autorités judiciaires. » Teddy Carette, en tant que brigadier chef, passe du temps sur le terrain, mais aussi dans son bureau. « On arrive toujours à sortir, à faire des arrestations… », explique-t-il.
Depuis son arrivée à la brigade de sûreté urbaine (BSU) du Puy-en-Velay, une affaire a marqué le brigadier-chef. Un meurtre dans les années 2000. Un père de famille n’avait pas supporté que son épouse veuille le quitter. « Il l’a tuée devant leurs deux enfants, se souvient le policier. Je n’entre pas dans les détails, mais c’était ma première grosse affaire en tant qu’officier de police judiciaire. »
Des souvenirs, il en a par centaines et il compte bien continuer d'en accumuler. « Bien sûr que je vais poursuivre, j'envisage peut-être une fin de carrière ailleurs, je ne sais pas encore. »

E.J.

Remise de médailles
Deux gardiens de la paix, Boris Botiaux et Daniel Veneau, ont été décorés par l’échelon Or récompensant 35 années de service irréprochable. Le brigadier-chef Teddy Carette, les brigadiers Nicolas Coffy et Frédéric Raymond ainsi que le gardien de la paix Michaël Hausner ont, eux reçu l'échelon d’argent pour 20 ans de service. 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire